logo Moov
           Nocomment
Frais de transport : Les taxi-be font du surenchère
(13-04-2018) - Les frais de transport ainsi que les tarifs du demi-trajet seront revus à la hausse selon les transporteurs. Pourtant , l’Etat a déjà prévu de payer les subventions suite à la hausse des prix à la pompe du carburant
-
-
© la depeche de madagascar

Les transporteurs au sein de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU) et l’Union des coopératives des transporteurs suburbains (UCTS) signent et persistent sur la révision à la hausse des prix du ticket de bus à 700 ariary. Cette décision a été prise durant l’assemblée générale qui s’est tenue hier à Ambodivona. Cette hausse ne sera effective qu’après une quinzaine de jours à compter d’hier , ce laps de temps constitue également un préavis pour les usagers.

« Cette décision a été prise compte tenu du manque à gagner des transporteurs qui se conjugue avec la hausse des prix du carburant » a expliqué le président de l’UCTU, Lova Randrianatoandro. Cette décision ne date pas d’hier, l’ancien président de l’UCTU avait déjà tiré la sonnette d’alarme quant à une éventuelle hausse à 700 ariary si jamais le litre du carburant dépassait les 3.000 ariary selon toujours Lova Randrianatoandro . La hausse progressive des frais de transport n’est donc pas à écarter.

« Ce délai de quinze jours constitue un préavis pour les usagers mais nous allons également étudier les tarifs à appliquer pour les demi-trajets. Le demi-trajet pourrait être révisé à 500 ariary, quoi qu’il en soit, une réunion sera encore organisée à cet effet » a avancé Lova Randrianatoandro , président de l’UCTU.

SUBVENTIONS

Bien que l’Etat ait déjà pris l’initiative de payer les deux mois de subventions, c’est-à-dire le mois de juin et le mois d’août de l’année dernière , les transporteurs refusent toujours de coopérer. Ils revendiquent le paiement des arriérés de compensation de l’année 2017 d’autant plus que certains d’entre eux n’ont pas encore perçu huit mois d’arriérés. Le Directeur général de l’Agence des transports terrestres (ATT) , Gal Andry Rakotondrazaka rassure pourtant que les procédures sont déjà en cours pour y parvenir et ce retard se situe au niveau de l’administration.

De l’autre côté , les transporteurs commencent à perdre patience . « Trois mois se sont écoulés et nous avons subi des pertes importantes qui se situeraient à 220,87 ariary par place par jour selon le calcul que nous avons effectué. Cette lettre de paiement des deux mois de subventions de l’année dernière nous est parvenue hier (ndlr lundi) . Les compensations devraient couvrir 45% de nos charges fixes » selon Dera Andrianalisoa , représentant de l’UCTS.

Quelques heures après l’annonce de la hausse des frais de transport, la grogne est déjà au rendez-vous du côté des usagers sur les réseaux sociaux. Le président de l’association des défenseurs des droits des consommateurs (Fimzompam) , Tiana Rabarison, se veut être rassurant et a avancé que le respect du cahier de charge sera scruté à la loupe notamment le respect du trajet et des heures de services qui devraient être à 20heures.


HANITRA RAKOTOBE

Bookmark and Share

Vous êtes ici : Accueil > Actualités
Vous êtes à Antananarivo :
Contactez nos journalistes :
  Tel. 034 00 301 50
         034 00 173 54

Vous êtes en province :
Envoyez les reportages de votre région !
Moov les diffusera
E-mail : editorial@dts.mg
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg