Vous êtes ici

10-09-2018 par Midi Madagasikara

Malgré le crachin, l’estrade de « kianja maintso » d’Analamahitsy a été ranimée par les danseurs. Un spectacle, que du show ! Emportés par la foule, les concurrents ont tout donné pour se démarquer les uns des autres.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

La phase de qualification du « Battle of the year » s’est déroulée à Analamahitsy samedi dernier. Si le Sénégal et l’Afrique du Sud sont les pays fiefs de cette discipline en Afrique,  pour la première fois, la Grande Ile a cette opportunité.  Dix groupes de danseurs issus de toutes les régions de Madagascar sont venus  pour séduire le cœur  du jury, composé d’une Japonaise, un Réunionnais, et d’un Malgache. «Battle of the Year», c’est l’intitulé de cette phase éliminatoire, organisée par le «Up the rap». Le groupe vainqueur de cette compétition aura un billet pour Montpellier.  Durant trois heures de temps, une bataille de « break dance » animait la scène.

 

 

Les plus endurants arrivent à se différencier des autres. Alors, sur dix groupes, six ont disputé  la demi-finale « Upld », « Moustik Crew » (Antananarivo), « Sflk BIRA » (Antsirabe), « Crew Baobab city crew » (Mahajanga),  « Khp crew » (Antsiranana). Le meilleur « show choregraphy » est attribué au groupe  « Sflk ». Le vainqueur et le représentant de  Madagascar au « Battle of the year » à Montpelier est « Moustik crew » d’Antananarivo. Un groupe stupéfiant et qui a su agiter les spectateurs en général et le jury en particulier. La danse semble êtreen plein essor à Madagascar. Les groupes ont montré leurs performances. Le niveau de la danse urbaine à Madagascar est prometteur.

 

Iss Heridiny