Vous êtes ici

17-07-2018 par Midi Madagasikara

Rija Ramanantoanina continue d’enchanter ! Après sa magnifique prestation au Palais des Sports au mois de mai, le crooner veut également faire rêver ses inconditionnels en provinces.


Copyright Image : © Midi Madagasikara
  •  L’interprète de « Mama », depuis son grand concert au Palais des Sports, continue donc de se produire mais cette fois, ce sera en provinces. Il a été à Antsirabe, à Fianarantsoa et continuera prochainement son périple dans d’autres grandes villes comme Tamatave. Rija n’a effectivement pas encore dévoilé toutes les dates de sa tournée. Il a seulement confirmé que pour ses spectacles en provinces, il va se produire à effectif réduit. « J’aurais aimé pouvoir emmener tout le monde (les 600 choristes) mais ce n’est tout simplement pas possible. L’équipe sera composée de quelques- uns de ces jeunes gens qui ont participé au grand concert au Palais. Nous serons rejoints par les choristes et chorale de chaque région », promet cependant celui qui aurait pu devenir pilote.

    Par passion. Fasciné par l’aviation, Rija Ramanantoanina a effectivement toujours rêvé de suivre des études dans cette voie-là. Une fois tombé dans la musique, ce fut cependant le coup de foudre. D’un coup de tête, il arrêta les études pour s’y consacrer entièrement et se professionnaliser dans la musique. « Ma première rencontre avec le public fut très intense. C’est d’ailleurs ce « feed-back » qui m’a donné la force d’y croire et de persister ». Avec son premier titre « Hay ve ka nisy », chanté alors en duo avec Mireille, le chanteur conquit les mélomanes. Cette chanson, il l’écrit et la compose cependant en 15mn. « Mireille et moi étions à La Réunion. Elle me disait qu’il fallait qu’on ait une chanson en duo. Sous cette bonne pression, j’ai donc écrit et composé ‘’Hay ve ka nisy’’ sur une vieille orgue». Une chanson qui, plus tard, fut diffusée jusqu’à six fois par jour sur la RNM et la Fréquence 2 et le ferait également voyager à Sambava ainsi que dans d’autres pays comme les Etats-Unis, la Norvège ou encore l’Allemagne. « Même aujourd’hui, ce titre est toujours repris en chœur par le public avec toujours autant d’entrain ».

  • Mahetsaka