Vous êtes ici

13-07-2018 par Midi Madagasikara

Un retour en force! Après cinq ans d’absence dans la ville de Tamatave, la Star reprend les choses là où elle les a laissées. Les 28 et 29 juillet, Tamatave accueillera son premier « Star tour ».


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 « Nous avons été trop longtemps absents. Il est plus que temps de revenir ! Il y a quelques années, la situation ne permettait pas de tenir de grands évènements dans cette ville. Nous avons attendu que les choses se calment pour revenir et sommes entre temps partis à la conquête d’autres grandes villes. Aujourd’hui, la situation est plus stable et toutes les conditions sont réunies pour enfin pouvoir organiser une manifestation d’envergure dans une bonne ambiance et en toute sécurité. Nous revoilà donc de retour à Tamatave avec ‘Star tour’ et on espère que ce sera pour de bon », précise John Herimalala Raharimanjato. Pour cette grande première dans la ville du Grand Port, la Star concocte un programme des plus alléchants. « Animations, concours Miss & Mister et karaoké, zumba et concerts seront au programme pour ces deux jours de fête. Toutes les marques seront d’ailleurs présentes pour donner satisfaction à tous », explique Seheno Randriambolamanana, chef produit.

En douceur. Pour cette grande première, l’équipe de Star a misé sur la qualité. Quatre artistes seront à l’affiche. Deux grandes stars de la musique actuelle et deux groupes en vogue. « Le samedi 28 juillet, tous ceux qui seront au rendez-vous pourront découvrir et apprécier « Welvi Waves » et Shyn, ’l’artiste masculin de l’année’ de la rdj. Big MJ et Joudas se succèderont sur scène le lendemain. Après chaque concert, des animations DJ seront au menu pour faire danser les gens jusqu’au bout de la nuit. Dans la journée, Andry Barhone et Honorat assureront les animations. « Ceux qui prévoient de se joindre à nous n’auront rien à craindre, car nous avons mis en place un dispositif de sécurité spécial. Et puis, la ‘Croix rouge malagasy’ sera également sur les lieux en cas de besoin », concluent les responsables.

Mahetsaka