Vous êtes ici

11-09-2018 par Midi Madagasikara

Plusieurs projets pour la promotion de poissons frais ont déjà été menés avec les partenaires de développement à Madagascar. Selon les résultats d’études réalisées, ces produits influent beaucoup sur la matière grise.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

Un Malgache sur deux souffre aujourd’hui de malnutrition chronique. Cette situation est fortement défavorable au développement du Capital humain, selon le Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement). Et pourtant, Madagascar dispose d’une solution efficace à ce problème. « Nous savons que les Japonais ont une endurance hors pair, en matière de concentration au travail, à l’étude, etc. La raison la plus évidente est leur consommation quotidienne de poissons frais. A Madagascar, on a l’habitude de consommer des poissons congelés, ce qui engendre une grande perte d’éléments nutritifs. De plus, la différence de goût est très grande, entre un poisson congelé et un poisson frais. En outre, malgré le grand potentiel de la Grande Ile en matière de produits de pêche, les consommateurs n’ont pas l’habitude de privilégier ces produits »,a soutenu Antsa Ranjatoson, gérant de la poissonnerie Toky. En effet, la viande occupe encore une place prépondérante sur le marché, par rapport aux fruits de mer. D’après cet opérateur, ce sont surtout les étrangers qui profitent des produits frais à Madagascar.

 

Rendement d’échelle. 

Selon ses explications, cette préférence n’est pas liée aux prix, mais plutôt à l’habitude. « Il est possible de développer la culture de poisson frais à Madagascar. Sur les côtes, plusieurs villages vivent de la pêche et d’après nos projections, plus la consommation de poissons frais augmente, plus on peut stabiliser, voire baisser les coûts ainsi que les prix du marché. Pour l’heure, le prix du kilo varie entre 5000 Ariary et 30.000 Ariary, selon le type de produits », a indiqué le gérant de la poissonnerie Toky. D’après ses dires, des tests ont déjà été réalisés sur des étudiants et des sportifs, pour évaluer les impacts de la consommation programmée de poissons frais. 

 

« Il a été prouvé que ce produit développe la capacité de concentration et la performance des étudiants. Les conditions physiques sont également impactées par la consommation de ce produit, même chez les personnes âgées. Par ailleurs, les cas d’allergies sont assez fréquents chez les consommateurs malgaches. La raison se situe au niveau du mode de préparation. Nous avons déjà développé une solution à ce type de problème », a-t-il indiqué. Bref, les étrangers résidents à Madagascar profitent beaucoup de nos produits frais, contrairement aux consommateurs malgaches. Les spécialistes de ces produits se lancent aujourd’hui dans une campagne de sensibilisation, pour générer un rendement d’échelle afin de pouvoir réduire les prix sur le marché et améliorer leur compétitivité par rapport aux produits de substitution.

 

Antsa R.