Vous êtes ici

06-06-2017 par Midi Madagasikara

(06-06-2017) - Durell Wildlife Conservation Trust a développé un programme d’élevage en captivité de cette espèce endémique de Madagascar.


Erymnochelys madagascariensis, tel est le nom vernaculaire de la grande tortue d’eau douce endémique à Madagascar. C’est la plus grande des espèces de tortues qui se trouve notamment dans les zones humides du versant ouest de la Grande Ile et dans les bassins versants de huit grands fleuves, à savoir : Sambirano, SOFIA, Mahajamba, Mahavavy du Sud, Betsiboka, Manambolo, Tsiribihina et Mangoky. Connue sous le nom de « Rere », cette espèce endémique est localisée dans des aires protégées comme le Parc national de Bemaraha et le complxe Mahavavy-Kinkony. Quatre sites Ramsar dont entre autres, Ankarafantsika, abritent également cette grande tortue d’eau douce. En dépit de tout cela, la tortue est classée en danger critique par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Co-gestion. En outre, le « Rere » est également listé dans l’annexe II de la CITES (Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). Ce qui permet au pays de bénéficier d’un quota d’exportation de 25 individus par an, a-t-on appris. De son côté, Durrell Wildlife Conservation Trust a commencé les activités de recherche et de conservation de cette grande tortue d’eau douce depuis 1998. La conservation à base de co-gestion avec les communautés locales a été ainsi mise en place dans les zones humides du parc national d’Ankarafantsika, au lac Ambondrombe à Manambolo et à Begogo-Mahombe à Tsiribihina. Cet organisme de conservation a également développé un programme d’élevage en captivité, de « headstarting » et de renforcement de la population afin d’améliorer le nombre de la population de Rere dans les sites ciblés.

Plan stratégique. Par ailleurs, Durell Wildlife Conservation Trust appuie le ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts pour développer un plan stratégique national servant à conserver les grandes tortues d’eau douce. Toutes les parties prenantes se sont déjà réunies dernièrement dans le cadre d’un atelier pour ce faire. L’objectif consiste à leur faire connaître les problématiques relatives à la conservation du « Rere » ainsi que les rôles et les responsabilités qui leur incombent, sans oublier l’identification des éléments-clés permettant d’élaborer ce plan stratégique, a-t-on conclu.

Navalona R.