Vous êtes ici

03-09-2018 par Moov.mg

Le conseil d’administration de la Banque mondiale vient d’approuver jeudi une aide budgétaire de 60 millions de dollars en faveur d’une croissance inclusive et résiliente.


La Banque mondiale a approuvé ce 30 aout un don de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 60 millions de dollars pour accompagner Madagascar dans ses efforts pour renforcer la capacité des ménages à faire face aux chocs et créer un environnement favorable aux opportunités économiques dans les zones rurales. Cette opération est la seconde d’une série de deux opérations programmatiques multisectorielles sous forme de dons, commencée en 2017 et axée sur la promotion d’une croissance inclusive et résiliente à Madagascar.

Le taux de croissance économique de Madagascar est projeté à 5 % en 2018, continuant la tendance positive observée ces dernières années. La croissance a été largement stimulée par de petites industries relativement isolées et un secteur privé de petite taille mais dynamique. Les exportations de biens et services malgaches produites dans les zones franches économiques enregistrent de bonnes performances. L’intensification actuelle des activités d’investissement public entraîne également une croissance du secteur de la construction dans les zones urbaines.  En conséquence, les principaux moteurs de la croissance sont concentrés dans les secteurs de l’industrie et des services, qui profitent largement à la population urbaine, tandis que la population rurale continue d’exercer des activités agricoles exclues de la reprise économique.

 

« Ce programme aide Madagascar à adresser l’un de ses principaux défis actuels, faire en sorte que les résultats macroéconomiques positifs se reflètent dans le quotidien des plus vulnérables, souligne Coralie Gevers, Représentante de la Banque mondiale pour Madagascar. La lutte contre la pauvreté à Madagascar requiert l’existence des sources de revenus résilientes pour face aux nombreux chocs que connaît le pays. Promouvoir une croissance inclusive est également essentiel pour favoriser l’accès des plus vulnérables aux opportunités économiques agricoles et hors du secteur agricole dont ils ont besoin pour sortir de la pauvreté. »

Les réformes soutenues par cette seconde opération se fondent sur les acquis de la première opération de la série, et consolident les réformes dans les domaines de l’état civil, de la protection sociale et de l’inclusion financière qui permettront de poser les fondations de cette résilience aux chocs au niveau des individus et des ménages. Ce programme soutient également les réformes dans le domaine du foncier, des transferts aux collectivités locales, de l’entretien des routes rurales et de l’énergie afin de permettre aux communautés rurales de développer des activités économiques à valeur ajoutée plus élevée et créer des opportunités d’emploi supplémentaires.


Moov.mg