Vous êtes ici

20-08-2018 par Midi Madagasikara

La boucle est bouclée. « Mada Trek » composé d’Alexandre Poussin et sa femme Sonia ainsi que leurs enfants Philaé et Ulysse, a fait le tour de Madagascar en charrette tirée par des zébus pendant quatre ans.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

« La famille Poussin sera ainsi l’Ambassadeur itinérant de la destination Madagascar « île aux Trésors » dans le monde. En effet, elle a pu faire découvrir au monde entier la richesse de la biodiversité endémique de la Grande Ile, ainsi que les différents sites touristiques que l’on peut encore exploiter », a déclaré le ministre du Tourisme, Razafintsiandraofa Jean Brunelle, lors d’une cérémonie d’accueil de ces aventuriers hier, dans l’enceinte du Café de la Gare à Soarano.

 

Visibilité du pays. 

En outre, « leurs voyages ont été diffusés par les médias dans le monde. Ce qui a permis de renforcer la promotion de la destination au niveau international. Dans la même foulée, nous pouvons tirer des leçons à travers ce tour de Madagascar effectué par la famille Poussin, d’une inégalité de développement dans des zones très reculées. Les politiciens doivent mieux connaître tous les endroits dans la brousse pour pouvoir contribuer réellement au développement socio-économique de la nation », a-t-il réitéré. Mais parlant du voyage proprement dit, réalisé par « Mada Trek », « nous avons effectué une marche de 4 986km à côté de notre charrette. On s’arrête pendant la saison de pluies. On en profite pour retourner en France. Puis, on reprend notre aventure. Nous avons été bien accueillis. Nous avons également respecté toutes les coutumes et traditions locales. Nous allons maintenant convaincre les Français et tous les Européens à venir à Madagascar pour découvrir cette extraordinaire de richesse naturelle, et ce, sans quiétude. Nous sommes très heureux d’avoir contribué à la visibilité de la Grande Ile de façon positive », a confié Alexandre Poussin, un écrivain et réalisateur de film documentaire.

 

« Le voyage n’est pas encore fini. Il nous reste encore à réaliser cinq films documentaires. Notre objectif est également de solliciter les Malagasy à découvrir eux-mêmes leur propre pays. Certes, c’est difficile de voyager mais allez découvrir la destination en charrette. On a juste besoin de temps, pour le faire », a-t-il enchaîné.

 

Unique au monde. 

Par ailleurs, Sonia Poussin a raconté que la famille se nourrit des produits du terroir ainsi que du riz à part les pâtes et les sardines en boîte de conserve. « Nous avons mangé du « Mofogasy », des maniocs, des patates douces, des « raketa » et du « vary amin’anana ». Moi personnellement, je raffole du bon « Ro mazava » avec du riz. Des fois, on cuisine avec nos guides accompagnateurs. Et nous n’avons pas du tout été malades durant ces quatre ans. Il n’y a même pas de paludisme », a-t-elle exprimé. En tout, la famille Poussin a pu découvrir la faune et la flore endémique de Madagascar, ainsi que la beauté de la nature.

« Il faut les préserver car c’est unique au monde. Tout cela m’a extrêmement émue. Par contre, en remontant dans les Hauts-Plateaux, nous étions obligés de dormir dans les postes de la gendarmerie car il y a toujours  un couvre-feu entre Mandoto et Miandrivazo. Quant à l’éducation de nos enfants, je joue le rôle de maîtresse durant ces quatre ans. On fait l’école pendant une heure par jour. Je les fais travailler quand on s’arrête pendant deux à trois heures pour faire une dictée, entre autres. Les enfants apprennent par cœur les poésies, les tables de multiplication et les autres cours en chantant et en marchant à côté de la charrette. Et ils se sont également fait plein de copains durant notre voyage », a-t-elle conclu.

 

Navalona R.