Vous êtes ici

17-06-2019 par L'Express de Madagascar

L’Adema entend lancer un appel à investisseur pour l’extension des aéroports qu’elle gère.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


L’Adema voit grand pour les aéroports qui restent à sa charge. Consi­dérant avoir un rôle à jouer dans le développement du tourisme, elle prévoit d’améliorer ses infrastructures dans le but de drainer plus de touristes sur l’île. À terme, l’idée est d’avoir, notamment, quatre grands hubs au Nord, à l’Ouest, au Sud et à l’Est. D’après les explications du directeur de développement commercial et du partenariat Léon Bernard Rakoto­havana, l’Adema a carte blanche pour développer les aéroports, étant encore sous sa houlette en tant que délégataire de l’État, ceux de Nosy Be et d’Ivato lui ayant été retirés dans le cadre de la concession Ravinala.

En d’autres termes, il revient à l’Adema de définir les partenaires et les formes de partenariat à mettre en place pour développer ses aéroports. « Cela peut être sous la forme d’une joint venture ou d’une concession entre autres », explique-t-il. L’Adema entend ainsi lancer un appel à investisseur allant dans ce sens.

Pour Léon Bernard Rakoto­havana, la vision d’Adema de mettre en place les hubs d’Antsiranana, de Mahajanga, de Toliara et de Toamasina rejoint l’Initiative pour l’Emergence de Mada­gascar de miser sur le tourisme pour accélérer la croissance de l’île. « Mada­gascar est une Grande île. Avoir de grands aéroports au Nord, à l’Ouest, au Sud et à l’Est permettra de conduire directement les touristes près des zones touristiques. Lorsqu’ils viendront à Madagascar, les touristes ne seront plus obligés de venir d’abord à Antananarivo », lance-t-il en ajoutant que cela laisse déjà présager une intensification du trafic en région. Cette initiative de l’Adema s’ajoute à la déclaration du Président de la République de favoriser la création de grands hôtels aux alentours des sites touristiques. La nécessaire synergie entre le transport et le tourisme a ainsi été mise en valeur au Salon international du Tourisme, Andry Rajoelina ayant annoncé de grands chantiers sur le canal des Pangalanes. Le Directeur Général de Cotisse Haja­malala Rasoambolanoro est de cet avis, étant donné que la compagnie de transport terrestre est dans le même groupe que l’hôtel Tripolitsa. Elle plaide, ainsi, pour
l’amélioration de l’état des routes qui impacte les activités de la compagnie.
Quoi qu’il en soit, les projets d’extension des aéroports sont conditionnés par l’augmentation du trafic international. « Pour que les projets soient viables, l’open sky est nécessaire. Les études que nous menons tablent, d’ailleurs, sur un trafic plus dense avec plusieurs nouvelles liaisons à l’international », déclare Léon Bernard Rakotohavana. Dans la vision de l’Adema, l’aéroport de Toamasina devrait, par exemple, pouvoir accueil­lir des Boeings 747 Cargo, des Boeings 787 ou encore des Airbus A340 avec notamment, la construction d’un nouveau terminal international à terme pour un coût total estimatif de cent quatorze millions de dollars.