Vous êtes ici

29-06-2018 par Moov.mg


C'est une réalité. A Madagascar, les gens ont tendance à dire que le modèle de beauté reste les cheveux lisses. Les personnes aux cheveux frisés sont traitées de tous les noms, et peuvent souffrir de discrimination. Devant ce fait, deux jeunes filles malgaches partent dans une nouvelle aventure pour dire NON à cette tendance et veulent casser cette barrière. Elles ont décidé de fonder une startup pour promouvoir la beauté naturelle malgache. « Durant notre enfance, nous étions très complexées. Les gens nous traitaient de tous les noms. En décembre 2017, nous avons avons dit stop. Cela suffit. », raconte Antsa Ramaroson, l’une des fondatrices de la startup Curly Aho.

Pour démarrer son projet, les deux jeunes aux cheveux curly ont ouvert un compte sur Facebook. Et là, la surprise les attendait. « Nous n’étions pas les seules à avoir vécu de cette discrimination de cheveux », poursuit-elle. Ses actions ne s’arrêtent pas là. Curly Aho a décidé de rassembler la communauté « curly » ce samedi 30 juin autour d’un évènement à l’Hotel Panorama baptisé Curly Aho Sisterhood and Brotherhood Day. C’est en quelque sorte à l’image de « Natural Hair Movement » né aux Etats-Unis dans les années 2000.

« L’objectif est d’influencer positivement la population malgache à la diversité. Il faut briser cette barrière d’ethnie entre nous et accepter le mot diversité comme un atout et non un frein au développement » confie cette jeune étudiante. Plusieurs manifestations sont prévues durant cet évènement. Il y aura entre autres un défilé de cheveux, vente privée des produits « Vita Malagasy », exposition de photos, et musée de photo.

Le projet de Curly Aho ne s’arrête pas à l’organisation de cet évènement. Antsa et son amie Stephanie concoctent en ce moment de nombreux projets dont elles ne veulent pas encore dévoiler au grand public.   Actuellement, sur la page Facebook de Curly Aho, les abonnés postent des photos avec leurs cheveux frisés naturels, dont elles sont fières. 


Moov.mg