Vous êtes ici

20-02-2019 par Moov.mg

Avec les déchets papiers, il en a fait des bloc-notes. Son ambition est de voir le pays avec zero déchets.


 

 

Malgré son jeune âge, Ystalien Samaro est un vrai leader. Il a fait de nombreux exploits dans la protection de l’environnement, le domaine qui le passionne tant. Oui. Notre Gasy Winner de la semaine, âgé seulement de 24 ans, avait fondé en 2018, Recycl’Anay. Comme son nom l’indique, c’est une entreprise spécialisée dans le recyclage de papier.

« C’est une entreprise ayant pour objectif de créer des papiers utilisables à partir des restes de papiers des entreprises », confie-t-il. Avec ces papiers, il en a fait des bloc-notes. Sensible sur la question de développement durable et environnement, cet alumni de la première promotion du programme Young Leader Fighting Climate Change organisé par la Friedrich Eibert Stiftung (FES) ne cesse de faire des sensibilisations auprès des entreprises et de la population tamatavienne, sa ville de résidence.

A Madagascar, la situation est alarmante.  Depuis son Indépendance en 1960, la Grande Île a perdu presque la moitié de ses forêts. Et les choses ont empiré à partir des années 2010 où près de 10% de leur superficie ont disparu. Dans sa dernière étude, Global Forest Watch annonce qu’un pic sans précédent a été atteint en 2017 avec 510 000 hectares de forêts brûlés. C’est lamentable.

Et il faut bien être un activiste de l’environnement pour comprendre les impacts du papier sur la forêt. Le seul remède pour renverser cette tendance est bien évidemment, le reboisement et le recyclage. Le processus de l'activité de Recycl'Anay commence par la collecte puis le triage suivi de la préparation des matières premières, ensuite du séchage et enfin le coupage. Avec 1 kilo de déchet, il est capable de produire 8 kilos de pates à papiers.

Pour faire fonctionner Recycl’Anay, Ystalien travaille avec l’Alliance Française de Toamasina, son premier partenaire. « C’est notre principal client », confiait-il. « La production est encore très limitée. C’est un bon début pour notre activité » rajoute-t-il. L’entreprise compte aujourd’hui une dizaine de salariés.  

Très ambitieux, ce jeune étudiant en master 2 environnement et développement durable espère voir le pays sans déchet un jour. Il ne baisse pourtant pas ses bras. Pour cela, notre jeune homme est très actif au sein de plusieurs associations. Il est le secrétaire général du Réseau Climat de l’Océan Indien, membre de Young African Leaders Initiative (Yali) Toamasina, et est le fondateur Union des jeunes agriculteurs. Actuellement, Ystalien Samaro projette de créer BioBook, un journal spécialisé dans l’écologie.

Lova Rafidiarisoa


Moov.mg