Vous êtes ici

12-06-2019 par L'Express de Madagascar

Les deux nouvelles cuirasses d’acier nouvellement acquises ont été déployées dans les zones à haut risque. Pannes et inadéquations au terrain sont constatées.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


La lutte contre l’insécurité sous une autre facette. Livrés et opérationnels depuis l’investiture du Président Andry Nirina Rajoelina du 19 janvier, deux tout-terrain blindés ont été envoyés au front après leur toute première sortie en public lors de la parade à Mahamasina. Laissées aux  bons soins des forces de gendarmerie, ces cuirasses d’acier ont été dépêchées dans des zones à risque où le taux d’insécurité est le plus élevés, pour assurer la sécurité des unités d’intervention notamment dans les zones de guet-apens ainsi que les  points  névralgiques réputés comme étant des abattoirs à gendarmes où des éléments opérationnels ainsi que des véhicules de transport de troupes ont été arrosés de balles dans des embuscades.

L’un des blindés a été, de ce fait, dépêché dans la région Betsiboka pour prêter main forte dans l’opération de restauration de la sécurité dans les districts les plus dangereux à l’instar de Tsaratanàna, écumés il y a quelques mois encore par des escouades de rançonneurs qui sèment la terreur en plein chef-lieu de district comme dans des localités campagnardes reculées.

Le deuxième véhicule blindé a été, en revanche, mis à la disposition des forces de défense et de sécurité opérant dans les zones rouges de  la région Anosy, à l’instar d’Amboasary-Sud. Des bémols sont néanmoins émis quant à l’efficacité de ces engins militaires censés faire face à toutes épreuves.

D’après les constats des éléments qui les utilisent sur le champ de bataille, le champ de manœuvre ainsi que l’efficacité s’avèrent réduits pour ces mastodontes en raison de leur poids énorme, imposé par l’épais blindage en acier ainsi que les vitres à l’épreuve des armes de calibres moyennes et légères. Lors de son déploiement à Amboasary-Sud, l’un des blindés s’est retrouvé embourbé dans le sable, à tel point qu’il a fallu le dégager en le tractant avec un poids-lourd.

Avec une puissance moteur qui, à l’évidence, ne fournit pas suffisamment de couple pour propulser le sur les terrains les plus hostiles et le hisser aux sommets des  flancs les plus abrupts, l’imposant tout-terrain ne dispose pas des atouts nécessaires pour percer des brèches entre les montagnes labyrinthiques qui plongent dans les fiefs des dahalo les plus redoutés et se retrouve ainsi, coincé sur les routes carrossables et sentiers battus, faute de pouvoir se frayer un passage et ouvrir sa propre tracée pour atteindre le champ de bataille. De surcroît confronté à de nombreuses pannes à l’instar de goujons arrachés, le mastodonte a été actuellement envoyé à Ihosy pour réparation afin de le préparer à la parade militaire de la fête de l’indépendance qui se déroulera au stade de Mahamasina le 26 juin.
Le deuxième blindé, mobilisé dans la traque des hordes de bandits de grand-chemin dans la région Betsiboka a été, en revanche, dépêché dans le district d’Isandra dans la région Haute Matsiatra, dans le cadre d’une opération mixte de restaurations de la sécurité. Mais il n’en demeure pas moins qu’il se heurte à des problèmes d’efficacité technique et d’inadaptation au terrain.