Vous êtes ici

14-08-2018 par Midi Madagasikara

Le football du Vakinankaratra se remet sur orbite grâce à sa victoire de dimanche contre l’inamovible champion d’Analamanga. Un championnat connu pour être le plus relevé mais que Bruno et ses camarades ont humilié le temps d’un match fou.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

Qui aurait cru même après avoir éliminé l’Ajesaia que le FC Vakinankaratra pouvait battre Elgeco Plus et ses moyens énormes ?


Les grands moyens.

Mais de ce qui serait une grosse surprise pour les férus du football ne l’est pas pour les Antsirabéens qui, pour une fois, se sont offert les moyens de leurs ambitions. De grands moyens. Tout bonnement en cotisant pour que les joueurs ne manquent de rien et arborent de la tête au pied du matériel flambant neuf sans parler des primes qui vont avec.

Du jamais vu mais tout le monde a mis la main à la poche. Et on est arrivé à ce résultat qui voit le FCV comme un trouble-fête en puissance ou à défaut de se trouver dans la peau d’un favori. Fosa Juniors qui lui rend visite ce dimanche au Vélodrome aurait intérêt à s’en méfier surtout que les gens de la rue après l’exploit contre Elgeco parlent de remettre les Majungais à leur place. « Si on joue comme nous l’avons fait dimanche, il n’y a pas de raison à ce qu’on arrive à battre Fosa dans notre jardin », confie Feno, l’ancien du Elatr’i Betafo, au téléphone


Et tout compte fait, le FCV est bien capable surtout que Fosa a encore du mal à trouver un attaquant mais il a seulement su saisir sa chance devant une CNaPS Sport elle aussi handicapée par des absences dont le capitaine Ando mais aussi Kalusha.

Certes la CNaPS avait dimanche des occasions de marquer mais Eric n’était pas dans ses jours fastes et que le poteau droit de Gapa l’a sauvé de cette talonnade de Mika dans une forme étincelante.

Là aussi, il faut à la CNaPS Sport faire preuve de prudence pour espérer battre Elgeco Plus avec ses orgueils de bête blessée.
Une chose est certaine, l’issue de cette dernière ligne droite de la Poule des As restera incertaine.

 

Clément RABARY