logo Moov
           Nocomment
Arts visuels : Les « Miroirs » de Temandrota à l’IFM
(10-01-2018) - A partir du 12 janvier, Temandrota dévoilera son art au grand public: un dialogue entre matières, symboles, motifs et références. Des œuvres qui orneront les cimaises de l’IFM Analakely jusqu’au 3 février.
-
-
© Midi Madagasikara
Lauréat du Prix d’art contemporain Paritana en 2016, Temandrota a réalisé une résidence de création à Paris, suivie d’une exposition à la Cité internationale des Arts. Ce rendez-vous à l’IFM Analakely signe donc son grand retour après cette consécration. Il propose de découvrir de nouvelles pièces et en même temps une rétrospective sur son travail. Des anciennes productions qui ont marqué son parcours ponctueront cette exposition qui restera fidèle à son langage visuel et plastique. Utilisant de matériaux de récupération naturelle et urbaine, Temandrota fait de la peinture géométrique renfermant des secrets, à la limite devenus des mythes.

Tradition. Elevé par des chasseurs, dès son plus jeune âge, son univers est très proche de la nature et sa façon de vivre est imprégnée par le nomadisme. Très marquée par les rituelles de circoncision, de retournement des morts, les mariages, de ses traditions « Tandroy », ces images ne dépassent pas sa région qui est le Sud de Madagascar. Les motifs, les matières naturelles (même la bouse des zébus) sont des influences profondes en rapport aux arts funéraires des régions de l’île qu’il a traversées. Son imaginaire résonne les mythes anciennes et les contes traditionnels ayant bercé son enfance et encore, il s’intéresse jusqu’à maintenant aux arts oratoires qui accompagnent les rites et coutumes pratiqués par certaines ethnies qu’il a rencontrées au fil de ses découvertes. Arrivé à l’âge de 13 ans dans la capitale, ses yeux se sont rivés vers les multimédias, embarqué par ses amis bédéistes. Ainsi, il commençait à peindre et à dessiner avec les feuilles de papier avant d’atterrir sur l’animation. Puis il commençait à mener de nouveau la vie nomade en traversant l’île en se déplaçant d’hôtel en hôtel pour ses performances artistiques. Depuis 2005, des expositions se multipliaient et des résidences d’artistes s’en suivent notamment dans la zone Océan indien, l’Afrique du Sud, jusqu’en Allemagne. Il dit de son travail que « les représentations humaines et symboles de l’imaginaire collectif Tandroy mobilisent et dépouillent en même temps le mysticisme et l’invisibilité omniprésente vers une écriture personnelle, plus minimaliste et plus abstraite. La peinture géométrique est l’élément moteur de ces représentations. Pour moi, créer des motifs devient un geste primaire et m’amène sur ‘la transe’ qui rythme l’ensemble ».
Mahetsaka

Bookmark and Share

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Culture
Vous êtes à Antananarivo :
Contactez nos journalistes :
  Tel. 034 00 301 50
         034 00 173 54

Vous êtes en province :
Envoyez les reportages de votre région !
Moov les diffusera
E-mail : editorial@dts.mg
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg