Vous êtes ici

23-06-2017 par ranja

Près de 1 000 hectares de mangroves se sont régénérés de façon naturelle suite aux reboisements, même en dehors de la zone de restauration effectuée par le WWF.

Copyright Image : © Midi Madagasikara

La restauration des mangroves est une des actions de conservation clés menées par le WWF dans le paysage ManamboloTsiribihina depuis 2007. Des campagnes annuelles de plantation de palétuviers ont été menées avec les communautés locales et les jeunes, soit en tout, un reboisement de plus de 2 millions de palétuviers. Sur le site d’Andranokaolo, près du village de Kaday, à 119 km au Nord-Ouest de Morondava, on a constaté la renaissance des mangroves étalées sur une superficie de 340 hectares, et ce, en l’esapce de 10 ans. De plus, 1 000 hectares de mangroves se sont régénérés de façon naturelle suite aux reboisements, même en dehors de la zone de restauration.

Surexploitées. Cette action de restauration a été prouvée via des images satellites de Google Earth prises entre 2004, montrant un paysage totalement nu avant l’intervention de WWF, en 2007 marquant le début de la restauration avec la pousse des pieds de mangroves ainsi que les images de 2017 relatant la surface dégradée qui est complètement recouverte de mangroves. Notons que les mangroves de ManamboloTsiribihina, dans la région Menabe, ont été toujours surexploitées par les hommes. On peut citer, entre autres, le défrichement pour la conversion en rizières, l’utilisation de certaines espèces de bois pour la construction ainsi que la production de bois de chauffe et de charbon de bois. Cette utilisation incontrôlée a conduit dans les années 60 et 70 à la disparition totale des mangroves à Andranokaolo.

Accord de gestion. Mais après dix ans de restauration, les habitats des oiseaux, des poissons et des crabes ont réapparu, avec une évolution favorable sur la pêche, une des activités principales de la communauté locale. Pour une gestion efficace de la zone, la communauté de Kaday s’est engagée à prendre en main la gestion de ces ressources naturelles à travers un accord de gestion communautaire formalisé par l’Etat. En dépit de tout cela, beaucoup reste encore à faire pour les mangroves de ManamboloTsiribihina, a-t-on conclu.

Recueillis par Navalona R.

© Midi Madagasikara


ranja