logo Moov
           Nocomment
Exportation : 70% des barrières non tarifaires à Madagascar
(18-03-2017) - Depuis ces trois dernières années, le déficit de la balance commerciale de Madagascar s’est amélioré.
-
-
© Midi Madagasikara
« Mais c’est dû notamment à la baisse conséquente des importations, car même nos exportations ont connu une régression surtout pour le produit de nickel ». Tahiry Rajaonarimanana, le secrétaire général de l’ITBM (International Trade Board of Madagascar, l’a expliqué lors de la remise de certificats des entrepreneurs formés par cet organisme de promotion des exportations hier à la CCIA à Antaninarenina.

Lourdeur. Néanmoins, les exportations des produits locaux comme les épices, la vanille et le café ainsi que des huiles essentielles et des produits artisanaux ont augmenté depuis ces deux dernières années. « Ce sont notamment les secteurs porteurs appuyés par l’ITBM dans le domaine de la promotion des exportations car ces secteurs génèrent de nombreux emplois et revenus pour les paysans et les artisans ainsi que les transformateurs de produits », a-t-il souligné. Par contre, la principale problématique des exportateurs est que 70% des barrières non tarifaires sont à Madagascar et non pas au niveau des pays destinataires, selon toujours ses dires. Il s’agit notamment d’une lourdeur administrative. Raison de la mise en place d’un guichet unique à l’exportation. Notons que l’ITBM forme les dirigeants des MPME afin de renforcer leurs capacités tout en les accompagnant dans leur ouverture sur le marché international. Les thèmes portent entre autres sur le financement, le business plan, le télémarketing et réseaux sociaux, l’accès aux différents marchés régionaux et internationaux.

Visibilité. Pour Pachisco Nirina Antenaina, une participante à la formation dispensée par l’IYBM, elle a acquis les outils de commerce comme le Trademap ainsi que la technique d’animation de stand. Quant à l’ONG AgriSud qui appuie des paysans effectuant une exploitation de fruits et légumes, cette formation vise à professionnaliser les producteurs tout en renforçant leur visibilité afin de se passer des collecteurs. « Nous pouvons désormais faire un suivi de la satisfaction de la clientèle et identifier les besoins recherchés par les consommateurs », a exprimé Mitantsoa Andriamananjara, responsable de cette ONG.

Navalona R.

Bookmark and Share

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Economie
Vous êtes à Antananarivo :
Contactez nos journalistes :
  Tel. 034 00 301 50
         034 00 173 54

Vous êtes en province :
Envoyez les reportages de votre région !
Moov les diffusera
E-mail : editorial@dts.mg
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg