Vous êtes ici


13-06-2018 par Seheno

Réforme. L’octroi d’accréditation aux Établissements d’enseignement technique et de la formation professionnelle (ETFP) sera soumis au contrôle strict.

 

Dorénavant, ces établissements feront l’objet d’une évaluation qui peut durer 3 à 5 ans avant l’obtention de cette accréditation, selon Hary Lala Razafinimpiasa, directeur des curricula et de l’assurance-qualité auprès du ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle (METFP). Auparavant, l’approbation des demandes d’accréditation se faisait par le biais de la consultation de dossier, surtout pour ceux en province. Les techniciens auprès de ce ministère sont pris au dépourvu durant leurs descentes, car la réalité sur terrain n’est pas du tout conforme à celle qu’ils ont inscrite dans leur dossier. Le METFP publiera le «Référentiel qualité des établissements» (RQE) comportant les critères minima acceptable, les normes ainsi que les critères d’excellence pour la normalisation des ETFP. C’est le préalable avant de passer aux sanctions à l’encontre des établissements récalcitrants.
«Une autorisation provisoire sera délivrée aux établissements qui disposent des critères minima avant qu’ils n’obtiennent une accréditation. Selon nos estimations, un tiers des établissements recensés dans tout Madagascar ne respecte pas les normes requises», a avancé Hary Lala Razafinimpiasa.


Par ailleurs, les descentes seront multipliées afin de vérifier les papiers administratifs ainsi que les infrastructures de ces établissements. Ces vérifications porteront, entre autres, sur l’autorisation d’enseigner des enseignants, l’agrément des filières, le matériel pédagogique ou encore le curricula. Selon toujours Hary Lala Razafinimpiasa, ce curricula doit répondre à l’économie régionale suivant le lieu d’implantation de l’établissement. Elle a également indiqué que les diplômes délivrés par les ETFP seront scrutés à la loupe. Certains d’entre eux délivrent un Diplôme de technicien supérieur (DTS) à la place d’un certificat de fin de formation pour les personnes n’ayant pas de baccalauréat.

 

H.R


Seheno