Vous êtes ici


08-09-2017 par ranja

A chaque changement de cycle scolaire, chaque élève des écoles, collèges et lycées publics et privés, seront soumis à une visite médicale et un suivi nutritionnel systématique. Les informations issues de ces actes seront consignées dans un carnet de santé.

Visite médicale et suivi nutritionnel systématique à chaque changement de cycle scolaire pour tous les élèves des établissements scolaires malgaches, publics, ou privés. Bientôt mis en œuvre, ce système de suivi de la santé des élèves fait l’objet d’un décret récemment élaboré par trois ministères concernés par la santé scolaire, à savoir le ministère de la Santé publique, celui de l’Education nationale et celui de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.

Carnet de santé. Ainsi, chaque élève ou apprenant, âgés de cinq à 19 ans, aura un carnet de santé dans lequel figureront les informations médicales permettant, d’une part, de vérifier l’état de santé et la présence ou non d’éventuelles maladies, puis de contrôler le calendrier vaccinal, et d’autre part, d’évaluer et de suivre la croissance et l’état nutritionnel de l’élève. Ce document dans lequel figureront, par ailleurs, des messages clés concernant la nutrition et la santé de la reproduction ainsi que l’hygiène et l’assainissement, permettra ainsi de suivre de manière régulière l’état de santé et l’état nutritionnel des élèves. L’objectif étant de contribuer à l’amélioration des performances scolaires et de réduire le taux de redoublement des élèves, incluant ceux en situation de handicap.

Réactualisation. Généralement et ce, depuis des années, les élèves ne sont soumis à la visite médicale que lorsqu’ils doivent passer les principaux examens officiels, à savoir le CEPE (certificat d’études primaires élémentaire), le BEPC (brevet d’études du premier cycle) et le baccalauréat. Pendant longtemps, la visite médicale n’a pas forcément inclus le suivi de l’état nutritionnel de l’élève, hormis le signalement d’une insuffisance pondérale et d’une malnutrition flagrante, assorti éventuellement d’une orientation des parents pour une prise en charge du cas décelé. La réactualisation du système de suivi médical comme c’est le cas actuellement, permettra de mieux déceler et de prendre en charge les cas de déficit en matière de santé et de nutrition.

Hanitra R.


ranja