Vous êtes ici

14-04-2018 par moov_admin

Le fonds Truffle Capital se lance dans la levée de fonds en cryptomonnaie


Le fonds d'investissement Truffle Capital spécialisé dans les start-up va se lancer à partir de début mai dans une levée de fonds en cryptomonnaie (ICO) via sa filiale Money Track, a indiqué jeudi le PDG de cette dernière.

"Nous allons partir en Asie une dizaine de jours" au mois de mai pour présenter l'opération aux investisseurs asiatiques et commencer le pré-placement de l'opération, a précisé Christophe Doré à l'AFP.

La société ne communique pas le montant qu'elle espère lever in fine, mais celui-ci se chiffre en "dizaines de millions de dollars", selon lui.

Les ICO (Initial coin offerings) consistent à proposer aux investisseurs des actifs numériques, des "jetons" ou "tokens".

Ces jetons donnent en général un droit d'utilisation futur des services que la société émettrice est en train de développer, en se basant sur la blockchain (livre de comptes numérique et infalsifiable). 

Ces opérations restent encore entourées d'un halo de méfiance et sont considérées comme des placements extrêmement spéculatifs. Mais de nombreux acteurs financiers s'y intéressent, à l'image de Truffle Capital, qui est présidé par l'ancien PDG d'Alstom Patrick Kron. 

Money Track, une start-up qui emploie aujourd'hui quatre personnes, est en train de développer un système de paiements dirigés basé sur la blockchain.

Le paiement dirigé permet par exemple à un assureur de verser une indemnisation, qui ne peut être utilisée que pour acheter un bien ou un service bien précis.

Le versement s'effectue via un jeton émis par blockchain, "frappé" du montant de l'indemnisation et utilisable chez des commerçants ou des prestataires acceptant ce moyen de paiement.

La plateforme de paiement dirigé de Money Track devrait être testée à partir de la rentrée, pour "un lancement en production à partir de 2019", a déclaré M. Doré.  

Les ICO se sont surtout développés aux Etats-Unis et en Asie ou il existe un public friand d'innovations, même risquées.

Les entreprises françaises sont très peu nombreuses à s'être lancées dans ces levées de fonds. Début avril, le site d'information "le Journal du Net" recensait trois ICO menées à bien par des sociétés françaises (Domraider, iEx.ec, Beyond the void).


AFP