Vous êtes ici

16-07-2018 par Seheno

Situé dans le quartier historique d’Isoraka, le Kudeta Lounge & Bar est ouvert depuis 2008. C’est devenu le rendez-vous « after work » des amateurs de mojitos. L’établissement mélange art et cuisine en accueillant régulièrement des expositions d’artistes peintres, photographes locaux et d’ailleurs. Les plats sont proposés par le chef Rudy.

© No comment

 

Nommé ambassadeur de la cuisine thaïlandaise à Madagascar, le chef Rudy est diplômé de l’Institut national de tourisme et d’hôtellerie (INTH). En cuisine, il a commencé en tant que commis au Kudéta en 2008. Il a ensuite gravi les échelons et en 2012, il a réalisé son rêve en devenant chef cuisinier. 

« Déjà passionné d’émission culinaire dans mon enfance, et amateur de la bonne cuisine de grand-mère, j’ai passé deux ans d’études culinaires après mon bac », confie-t-il.

 

Enchaînant les formations professionnelles facilitées par l’équipe du Kudéta (Thaïlande, La Réunion), il a pu découvrir divers styles de cuisine, de saveurs et de techniques qu’il applique avec amour dans sa cuisine.

 

Présentez-nous votre style ?
Mon style est surtout une cuisine généreuse, savoureuse restant dans le thème de la bistronomie (cuisine de bistrot revisitée). Mais le plus important est de bien travailler le goût des plats pour l’entière satisfaction de la clientèle.

 

Quels sont les ingrédients récurrents dans vos plats ?
J’aime bien travailler les épices de Madagascar (le tsiperifery, les baies roses, le curcuma, le cumin…), et les aromates également pour rehausser les saveurs et donner cette petite touche qui fait la différence.

 

Le plat qui vous rend coucou ?
J’ai un faible pour le henakisoa sy anamadinika (confit de porc au brèdes amères), un bon plat bien malgache.

 

Votre boisson préférée ?
Un jus d’orange fraîchement pressé !

 

A quelle fréquence modifiez-vous votre carte ?
Nous changeons la carte au gré des saisons. Environ quatre fois par an. Et nous présentons un volet « suggestions du chef » que l’on change hebdomadairement.

 

Comment vous y prenez-vous pour créer un plat ?
Je m’inspire de mes voyages et échanges culinaires, ainsi que des recettes traditionnelles. Je les modifie légèrement suivant mes recherches sur Internet ou sur les réseaux sociaux. Puis avec mon équipe, nous les testons ensemble et débattons afin de sortir le plat idéal. Je reste également à l’écoute de la clientèle sur leurs remarques et leurs envies.

 

Quelle est votre actualité ?
Nous allons mettre en place au restaurant la formule Kwik (pour quick, rapide) pour ceux qui veulent bien manger mais n’ont pas beaucoup de temps pour la pause-déjeuner. C’est une formule composée d’un bol de soupe (et oui nous entrons en hiver), une viande ou un poisson, un accompagnement, des achards et un café. Rapide et bon !

 

 

Recette du mois : Fondu de fromage façon savoyarde