Vous êtes ici

25-11-2021 par L'Express de Madagascar

Les 35000 tonnes de ciment importées par l’État s’écoulent déjà sur les marchés. L’envoi depuis le grand port a commencé mardi dernier.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


Le ciment à prix réduit par l’État débar­que sur les marchés. Très attendu face à la hausse incessante du prix du matériau de construction en général, et du ciment en particulier, le prix abordable pour le ciment est désormais effectif. «Après les formalités d’usage auprès des douanes, une soixantaine de camions par jour depuis mardi quittent le port de Toamasina à destination de la capitale. Deux bateaux ont également transporté à leur bord 1500t de ciment vers Tolagnaro et Antsiranana» explique Solo Andriamanam­pisoa, DG de la State Procur­ment of Madagascar (SPM).

Aux cotés du ministre de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation (MICC), Edgard Razafindravahy, à l’arrivée de la cargaison de 35 000t au port de Toamasina, le 17 novembre dernier, le DG de la SPM a déjà souligné que ces importations permettront de stabiliser le prix sur les marchés. C’est le rôle de l’entité de chercher les moyens de stabiliser le prix des PPN.

Après le riz, la SPM se lance alors dans les moyens d’atténuer le prix du ciment. En effet, face à la hausse continue du prix du ciment atteignant les 40000 ariary dans certaines régions, l’État a décidé d’agir sur le marché afin de soulager les consommateurs.

Jusqu'à aujourd’hui jeudi, 5000t de ciment de marque «Lucky» sont prévues être expédiées. Elles sont principalement à destination des quincailleries de la capitale. Comme il a été annoncé, le prix chez le quincailler ne devrait pas dépasser 29 000 a ria ry le sac de 50kg e t 31 000 ariary dans les régions éloignées.

Le prix du sac au départ de Toamasina est de 23 000 ariary le sac. «C’est l’application du système de péréquation tarifaire. Le prix doit être le même partout. 31000 ariary pour les zones éloignées», souligne le DG de la SPM. Les opérateurs ont alors tout juste une petite marge à la fin de la chaîne car ils doivent payer 5000 ariary par sac pour le frais de transport Toamasina-Antananarivo.

Le coût de la manutention est de 150 ariary par docker par sac. Le coût du transport local dans la capitale est environ 500 ariary par sac. Et les frais de trans­- port ainsi que le coût logistique et la marge vers les régions doivent être compris entre 29000 ariary et 31000 ariary. «Il y a des opérateurs qui acceptent de faire la distribution malgré cette marge restreinte. Chacun arrive à y trouver son compte », précise Solo Andriamanampisoa.

On apprend toutefois que dans certains cas, l’État subventionne les frais de transport. Quant au suivi et au contrôle, une liste journalière des opérateurs et des quincailleries clientes est envoyée au ministère du Commerce. Ceci afin de suivre de près ces prix de 29000 ariary et de 31000 ariary. Au mois de janvier, 20000 autres tonnes de ce produit de construction, sont prévues débarquer à Toamasina.