Vous êtes ici

27-10-2020 par Moov.mg

Matina Razafimahefa, la fondatrice de Sayna, est élue deuxième meilleur jeune entrepreneur d'Afrique pour 2020.


 

Une médaille d’argent. Matina Razafimahefa vient de remporter ce mardi la deuxième place de l’édition 2020 de l’Anzisha Prize. La fondatrice de Sayna reparte ainsi avec un chèque total de 17500 dollars dont une prime de 2500 dollars en tant que finaliste de ce prestigieux prix destiné aux meilleurs jeunes entrepreneurs en Afrique. Cette année, le grand prix revient à l’Egyptienne Alaa Moatamed co-fondatrice de Presto, une plateforme égyptienne de gestion des livraisons.

Matina est une véritable battante. Elle disait toujours que « être entrepreneur, ce n’est pas facile. Être un jeune entrepreneur, c'est encore plus difficile. Être une femme, jeune et entrepreneur, c'est impossible ». Mais elle l’a fait. Elle a porté haut le flambeau malgache en devenant la deuxième meilleure jeune entrepreneure en Afrique.

Sayna est en quelques sortes la réalisation de son rêve d’enfance. Cette passionnée de tennis avait comme ambition de former des jeunes malgaches aux métiers de l’informatique. Pour réaliser ce grand défi, elle se base sur le modèle de l'Ecole 42 de Xavier Niel : pas de prof, ni surveillant, chacun gère son emploi du temps mais l’objectif est de réussir. Son but est d’aider les jeunes en milieu défavorisé à décrocher un contrat CDI au sein d’une entreprise locale.

Pour faire concrétiser son rêve, elle a eu recours au financement participatif où elle a réussi à lever 5000 euros. Et voilà qu’en janvier 2018, le projet Sayna a vu le jour et commence petit à petit à prendre forme. Après son lancement à Paris, la jeune entrepreneure s’est envolée par la suite à Madagascar pour mettre sur pied son rêve. Avec sa mère, elle a réussi à écrire une histoire formidable.  

Depuis, plus d’une centaine de jeunes malgaches ont été formés dans l’école digitale de Sayna. « On aimerait former et placer 10000 talents digitaux en sept ans. C'est l'objectif dans différents pays en Afrique »-a-t-elle confié à BBC Afrique au mois de janvier. Cette participation à Anzisha Prize serait donc une ouverture pour elle sur le continent africain.

Anzisha Prize né du partenariat entre l’African Leadership Académy et Mastercard Foundation, récompense chaque année depuis dix ans les très jeunes entrepreneurs, âgés de 15 à 22 ans dont les activités ont un fort impact sur la société. Cette année, la saison a vu la participation de 1200 candidatures. Et voilà que notre « Warrior » remporte la deuxième place de ce concours et devient l’une des meilleurs jeunes entrepreneurs en Afrique. Elle est à un pas de succéder Tahina Randriarimanana, un laitier qui a remporté haut la main ce prix en 2016. L’histoire de cet orphelin qui a dû abandonner très tôt le banc de l’école pour aider sa famille a ému toute l’Afrique.

Lova Rafidiarisoa


Moov.mg