Vous êtes ici

03-12-2019 par Moov.mg

Le samedi 7 décembre est une journée à marquer d’une pierre blanche pour les habitants d’Antsirabe. Grâce à un mouvement lancé sur le réseau Facebook, ils vont planter ce jour-là 3000 pieds d’arbres pour sauver le lac Andraikiba. Trois citoyens sont derrière cette initiative.


 

Ironie du sort, les robinets sont à sec dans des quartiers de la ville d’Eau. Tout comme Antananarivo, la ville d’Antsirabe est confrontée à un problème d’alimentation en eau, et c’est devenu plus fréquent. Pour cause, le niveau de l’eau du lac Andraikiba, qui assure la fourniture d’eau potable de la ville, a fortement baissé depuis quelques temps. C’est le début d’une aventure pour les trois mousquetaires derrière l’initiative « sauver Andraikiba ». Il s’agit de Lalà Rasanjison, Rindra Ratefinanahary et Parfait Rémi Randrianirinarisoa. Nos « gasy winners ».

Comme chaque week-end Lalà Rasanjison emmène ses enfants se promener au bord du Lac Andraikiba. Ce jour-là, le niveau de l’eau l’a interpellé. C’était il y a à peu près deux mois. « Il y a eu un déclic ou plutôt une prise de conscience quand j’ai vu le niveau de l’eau. Il était anormalement bas », confie cette mère de famille. Elle en a parlé avec son cercle d’amis sur les actions à faire pour sauver ce lac qui joue un rôle vital pour la vie de la population d’Antsirabe.

« Elle nous en a parlé tous les jours et l’’idée de créer un groupe Facebook vient tout de suite dans nos têtes », confie Rindra Ratefinananahary. De quoi mobiliser et conscientiser les habitants d’Antsirabe du danger. « Au début, il n'y avait que notre cercle d'amis. Au fur et à mesure, nos amis ont invité les leurs et ainsi de suite. Maintenant 1700 membres suivent le mouvement sauver Andraikiba», a fait savoir Lalà Rasanjison. Elle ne s’attendait pas du tout à cette forte mobilisation.

Sauver Andraikiba est une initiative purement citoyenne et bénéficie déjà des soutiens de toute part au niveau de la ville d’Antsirabe : les autorités, des entreprises, la société civile, des écoles et des simples citoyens. Leur objectif dans un premier temps est de planter 3000 arbres fruitiers et forestiers autour du lac Andraikiba. Dans l’immédiat, ce n’est pas une solution miracle ou à coup de baguette magique, les rivages du lac retrouvent la couleur verdâtre. « Au moins, nous pourrons limiter le phénomène d’évaporation et freiner l’érosion du rivage avec le vétiver », tient à souligner Lalà Rasanjison.

Après l’autorisation des autorités et l’avis des experts, ils ont commencé à faire le terrain en commençant par la sensibilisation des habitants d’Andraikiba. D’ailleurs, ils sont devenus les premiers acteurs de cette initiative. Des sociétés rallient à leur cause aussi. Une entreprise par exemple a offert 2000 plants d'arbres forestiers et cinq tonnes d'engrais organiques. Une autre société a fait un don d’une tonne d’engrais biologiques. Et il n’en reste pas pour les établissements scolaires de la ville.

Déjà le samedi 30 novembre, les membres du groupe ou tout simplement ceux qui adhèrent à cette cause se sont mobilisés au nettoyage du rivage et à creuser les trouaisons. Les forces de l'ordre ont prêter mains fortes dans la réalisation de cette tâche.

Même si c’est leur première action d’une telle envergure, nos trois « winners » semblent avoir déjà pris le gout dans la protection de l’environnement et la question du changement climatique. « C’est certain. Nous n’allons pas limiter nos actions sur Andraikiba. Vu la dégradation de l'environnement aux environs de notre ville, nous agirons certainement sur d'autres sites », conclut Lalà Rasanjison. D’où la raison d’une séance d’éducation environnementale qui précède le reboisement de ce samedi.

Lova Rafidiarisoa


Moov.mg