Vous êtes ici

11-09-2019 par L'Express de Madagascar

La coordination de sécurité sanitaire donne le bilan définitif des malades pris en charge au site Soamandrakizay, samedi et dimanche. Le chiffre dépasse les milles.


Copyright Image : L'Express de Madagascar

 

Affluence dans les postes médicaux installés dans le site Soamandrakizay à Androhibe, durant la veillée et la messe avec le pape, le 7 et le 8 septembre. Si dimanche, la coordination de sécurité sanitaire n’a parlé que de deux cent malades pris en charge, le bilan définitif annoncé, hier, a sextuplé. « Mille trois cent cinquante six personnes ont été prises en charge », déclare le Professeur Nicole Rakotoarison, coordinateur de la sécurité sanitaire, durant cette visite apostolique. Le temps venteux et froid, la poussière balayée par les rafales de vent, la mauvaise alimentation, mais aussi la fatigue des pèlerins, n’ont pas arrangé les choses.

C’est, en général, les causes des diverses maladies, à savoir, des maladies respiratoires allant jusqu’à la difficulté respiratoire, les maux de ventre, l’intoxication alimentaire, l’hypertension artérielle, l’hémorragie digestive, les convulsions, qui ont affecté ces personnes. Beaucoup se présentaient au poste de premier secours, pendant la messe, pour se plaindre de maux de tête accompagnés de douleur au niveau de la nuque. D’autres, dont un religieux, sont restés pendant quelques heures dans une tente de la CroixRouge Malagasy, pour se réchauffer.

Les secouristes de cet organisme ont mis les pieds des uns dans de l’eau chaude, ont enveloppé les autres, de couverture isothermique. Les cas graves ont été évacués dans les centres hospitaliers. Ils ont été quelques dizaines.

Malgré ce nombre élevé des malades et les mauvaises conditions dans le site, les agents soignants mobilisés pendant cette visite du pape, ont fait tout leur possible pour éviter une perte en vie humaine. La mort de la femme de 59 ans, déclarée le dimanche 8 septembre vers 1 heure 45 minutes du matin a été le seul décès enregistré pendant cet événement. Ce pèlerin qui a été victime de crise d’asthme suite à la fumée de poussière dans le site, a succombé dans l’ambulance qui l’a transporté vers l’hôpital. L’état de santé des autres malades durant cet événement se serait amélioré.

Le souhait du pape a été, pourtant, clair : que sa visite ne soit la cause d’un quelconque décès. Certes, les organisateurs ne pouvaient pas maîtriser le temps. Sauf que les techniciens du service des Prévisions météorologiques à Ampandrianomby ont déjà averti un temps venteux et frais, pendant le weekend papal. Les organisateurs auraient dû prévoir à l’avance que ce vent pourrait balayer les poussières sur le terrain remblayé utilisé pendant cet événement. Ils ont, de toute façon, promis d’asperger le lieu de produits qui évitent de faire voler la poussière partout.