Vous êtes ici

20-08-2019 par L'Express de Madagascar

Les épreuves d’éducation physique et sportive de l’examen du bac débutent. Plusieurs candidats ont fait des malaises, au premier jour.


Copyright Image : L'Express de Madagascar
 
Les équipes d’assistance médicale aux épreuves  d’ éducation physique et sportive (EPS) du  baccalauréat à Antananarivo ont été débordées, aux stades de  Mahamasina et de l’Académie Nationale Sportive à Ampefiloha, hier. Les victimes de malaise ont été, particulièrement, nombreuses, au premier jour de l’examen. Quatre candidats, dont deux à Mahamasina et deux à Ampefiloha, ont été admis aux services des urgences des centres hospitaliers universitaires Joseph Raseta Befelatanana et Joseph Ravoahangy Andrianavalona.
« Une candidate a été envoyée à l’hôpital, ce matin, pour des douleurs abdominales. À la fin des trois épreuves, elle a été très faible et a fait une crise. Le second est asthmatique, il a fait une détresse respiratoire », rapporte le Dr Hajanirina Andrianjafy, coordonnateur de l’assistance médicale pendant les épreuves d’EPS qui se déroulent dans la ville d’Antananarivo du 19 au 30 août.
La détresse respiratoire a été, également, le motif de l’ évacuation sanitaire d’une candidate à Ampefiloha. « La jeune fille a fait une dyspnée grave, après avoir terminé les épreuves. Elle est tombée à terre et a eu du mal à respirer. Elle semblerait anémique », rapporte le Dr Lalaina Ranivoarilaza, médecin responsable à l’ANS Ampefiloha.
 
À ce même stade, une autre candidate a fait une hypotension artérielle : 6/4. « Elle ne se serait pas vraiment entraînée avant de se présenter à cet examen. En plus, elle a eu ses règles. Une ambulance est venue la récupérer », enchaine le médecin. D’autres victimes ont pu se rétablir sur les lieux des malaises, comme le candidat qui a défailli pendant l’épreuve de demi-fond au stade de l’ANS. « Il a fait des palpitations cardiaques et il a suffoqué. Il ne s’est rétabli qu’au bout de près d’une heure de prise en charge», rajoute le Dr Lalaina Ranivoarilaza.
Plus de peur que de mal pendant la première journée des épreuves d’EPS de l’examen du bac donc. Ces candidats admis dans les services des urgences des hôpitaux à Antananarivo ont regagné leur foyer, hier même. Il y a une dizaine de jours, une candidate à Moramanga a succombé  suite à  un arrêt cardiaque. Trois autres décès de candidats ont été enregistrés pendant les sessions 2017 et 2018.
Les médecins blâment le non professionnalisme de certains de leurs collègues. « Les médecins qui assurent la visite médicale des candidats ne doivent pas se contenter d’une enquête orale. Cette visite doit être faite dans les règles de l’art, afin d’éviter des accidents », assène le Dr Hajanirina Andrianjafy. Un autre médecin indique qu’il faut effectuer des contre-visites, quelques semaines avant les épreuves d’EPS.
Anoka Dera Rakoto-nindrina, chef de centre au stade de Mahamasina où sont regroupés les candidats de la série A2, invite les candidats qui ne se sentent pas bien, le jour des épreuves, à venir dans leur centre d’examen, pour obtenir gratuitement un certificat médical, ce afin de pouvoir reporter leur examen, à une autre date. Des enseignants d’EPS recommandent aux candidats de bien s’entraîner, avant les épreuves.