Vous êtes ici

22-06-2022 par L'Express de Madagascar

Trois mille jeunes candidats à majorité des filles ont passé le premier examen de leur vie scolaire dans la ville d’Antsiranana. Aucun incident n’a été signalé.



L’examen du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) session 2022, jumelé au concours d'entrée en classes de 6e dans les collèges d'enseignement général, s’est bien passé, hier, dans la circonscription scolaire de la ville d’Antsiranana-I. Il s’agit de l’évènement le plus important et le plus attendu dans le milieu de l’éducation de base. C’est l’examen de transition entre le niveau primaire et celui du secondaire. Il a pour but de tester, non seulement la compétence des jeunes enfants par rapport aux connaissances de base acquises en classe, mais surtout leur aptitude à passer un examen officiel, ce qui constitue une grande pression pour eux.

Ils sont au total près de trois mille candidats issus des écoles publiques et privées de la ville, à passer ce premier examen officiel après plusieurs semaines de révisions intensives à l’école. Toute option confondue. Le taux d’assiduité dans les quatre centres d’examen est de 98,77%. Au total, trente sept absents ont été enregistrés, vingt  garçons et  dix-sept filles. Cette année, on a  constaté  une nette augmentation de 4% des candidats par rapport aux sessions précédentes.

Comme toujours, les filles sont plus nombreuses que les garçons, tant pendant l’inscription (1581/1412), que lors de la présence effective le jour « J » (1564/1392). Le moins âgé figure parmi les candidats au centre du Lycée Mixte, le garçon n’a que  9 ans. Et le plus âgé, 18 ans, était   à l’école primaire publique Scama. Deux candidats libres, qui ont oublié leur convocation, se sont également penchés sur les épreuves après règlement des procédures nécessaires. Dans la salle-2 du centre d’examen CEG Pk3, trois muets ont été aussi présents. En outre, l'option B a été la préférée de la majorité des candidats avec quelque mille six cents élèves, tandis qu’un seul a opté pour l’option A.

À l’extérieur des centres respectifs, quelques parents, des grand-mères surtout, ont été remarqués partout accompagnant leurs petits enfants, ou leur apportant de la nourriture ou quelque chose à grignoter pendant la pause de 11 heures à 13 heures. Selon leurs explications, ils ne pouvaient pas rentrer chez eux en raison de la distance et du temps limité. Il a été constaté que les forces de l’ordre ont été présentes partout afin de maintenir l'ordre, tant dans les centres d'examen que dans la rue.

Parmi eux, Angelica, 13 ans, élève de  l’école privée Au Clair de la lune, qui habite au quartier Lazaretnord. Sa mère l’a accompagnée toute la journée. «Angelica est notre troisième enfant, mais comme j’ai accompagné son frère qui n’avait que 10 ans à l’époque, je fais également  de même avec elle  », affirme sa mère, Patricia Prisque. Cette dernière a révélé que, pour  le bien de ses enfants, elle a interrompu l’abonnement de Canal+ depuis le mois de janvier, et l’utilisation de téléphone pour le facebook a été aussi limitée.
Pour la candidate, tout a été facile pour elle à l’exception la matière opération et problèmes (arithmétique). Mais cela ne l’empêche pas de rêver qu’elle deviendra médecin.