Vous êtes ici

14-02-2020 par L'Express de Madagascar


Copyright Image : L'Express de Madagascar

 

Après la décision sortie en conseil des ministres avant hier, une nouvelle gestion du registre de l’état-civil par le biais de la numérisation sera lancée. Ceci entre dans le cadre de l’e-gouvernance. La gestion se fera par le biais de l’informatisation dans le but de faciliter le recensement de la population. Cette modernisation s’accompagne de la numérisation des opérations, dès la déclaration de naissance par les parents, jusqu’au décès.

« Un enfant qui vient de naitre obtient un numéro unique d’identification, dès la déclaration de naissance par les parents. Ce qui facilitera l’identification de la personne. L’identifiant sera également utilisé pour d’autres actes d’état-civil », explique Mbolanoro Rabeharisoa, Chef du service état civil au niveau du quatrième arrondissement. Cette innovation a été apportée par la loi 2018-027 relative à l’état civil, dont les dispositions apportent quelques réformes par rapport à l’ancienne loi. Ce par rapport à la durée de la déclaration de naissance qui est devenue de 30 jours dans la nouvelle loi. « Le délai de la déclaration de naissance est élargie jusqu’à trente jours alors que pour l’ancienne loi, elle est de douze jours », souligne le responsable.

Pour le quatrième arrondissement par exemple, environ cent-cinquante à deux cents déclarations de naissance par semaine sont reçues au niveau de cet arrondissement. Ce serait une nouveauté dans le cadre du service public.« Une aubaine pour les usagers. Regroupé dans une base de données, tout usager pourrait demander son acte de naissance en cas de besoin dans d’autres endroits. Il pourrait retirerl’acte de naissance dans d’autres communes. D’après les informations que nous avons reçues, un seul service sera affecté à la gestion des bases de données concernant l’état civil pour toute la grandes île », souligne la responsable.

Il ne s’agit pas d’une dématérialisation totale du servcie. « Ce sera partielle, vu que les anciennes données sont déjà conservées sur papier, entre autres dans des documents. La numérisation a déjà commencé depuis 2006, où les naissances depuis cette année jusqu’à ce jour sont stockées », conclut-elle.