Vous êtes ici

24-09-2021 par L'Express de Madagascar

Le président Andry Rajoelina à été reçu par la directrice générale du FMI, hier. Il y a été annoncée, une allocation de 332 millions de dollars pour Madagascar.


Copyright Image : Presidence


Une rencontre fructueuse. C'est ainsi qu'est résumée le face-à-face ente la délégation malgache, conduite par Andry Rajoelina, président de la République, et Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international, hier.
Le décor à été planté au siège de l'institution de Bretton Woods, à Washington, hier. Il y a été indiqué que le locataire d'Iavoloha est le premier Chefd d'État africain reçu par la boss du FMI depuis l'accalmie de pandémie de coronavirus. Au centre des discussions, il y a eu l'allocation de 234 millions de Droit de tirages spéciaux (DTS), soit environ 332 millions de dollars.

Il s'agit d'un don non remboursable, selon les explications. La somme est destinée à renforcer la résilience des pays cibles pour faire face à la crise sanitaire et à renforcer la relance économique. Le DTS est l'unité de compte du FMI. Créé en 1969, il s'agit d'un avoir de reserve pour compléter les réserves de change officielle des pays membres.

L'allocation de ces 332 millions de dollars à Madagascar a circulé en coulisse depuis la fin du mois d'août. Elle s'est concrétisée et a été officialisée, hier donc. La rencontre d'hier a, du reste, permis à la partie malgache de discuter de vive voix avec la boss du FMI de l'utilisation de l'enveloppe de 234 millions de DTS.

Durant la rencontre de Washington, les deux parties se sont accordées sur le fait que l'enveloppe mise à disposition par le FMI sera investie dans des secteurs comme l'infrastructure. Le plan de relance étatique table sur les projets d'infrastructures pour redynamiser l'économie et booster l’emploi.

Le domaine de l'énergie renouvelable, le secteur social et la lutte contre l'insécurité alimentaire dans le Sud figurent, également, dans la liste bénéficieront aussi, de la manne qui sera décaissée par le FMI. Il y aura ainsi, une part conséquente pour soutenir la concrétisation des projets d'adduction d'eau dans les localités victimes du kere.

L'allocation du Fonds monétaire international servira, également, à renforcer le domaine de la protection sociale, selon les échos de la rencontre à Washington. Durant son allocution à la tribune des Nations Unies, mercredi, le président Rajoelina a déjà anticipé ses remerciements au FMI.

«Je tiens d'ailleurs à remercier le Fonds monétaire international qui a répondu à l'appel des pays aux économies plus fragiles afin d'apporter le soutien nécessaire pour atténuer les retombées économiques et financières de la pandémie. Le décaissement des financements à été facilité. Madagascar en a d'ailleurs bénéficié», a déclaré le président de la République.

Dans son discours à la tribune des Nations Unies, Andry Rajoelina a, aussi, lancé un appel à la solidarité internationale. Une solidarité, notamment, dans le cadre de la relance post-crise sanitaire. «C'est maintenant, dans de pareilles circonstances que nous avons besoin de l'entraide, de la cohésion qui est le ciment de notre organisation», à soutenu le locataire d'Iavoloha, devant l'Assemblée générale.

Dans le cadre de son appel à la solidarité internationale, le président de la République a requis plus de leadership et d'engagement de la part des Nations Unies. Aux pays membres, il a demandé, «agissons ensemble. (…) Privilégions la coopération qui est le moteur de nos organisations et de nos institutions telles que la Banque Mondiale ou le FMI».

À la tribune des Nations Unies toujours, Andry Rajoelina a dit, «plaider, porter la voix», des populations les plus vulnérables. Une posture qu'il a maintenue durant son entretien avec la directrice générale du FMI, hier. Les informations qui découlent de cette rencontre rapportent que «Madagascar à plaidé pour l'effacement des dettes des pays les plus vulnérables afin de renforcer leur résilience face à la crise sanitaire et favoriser la reprise économique».