Vous êtes ici

03-06-2020 par Midi Madagasikara

Incroyable mais hélas vrai, Alfred Randriamanampisoa et ses amis, membres du comité exécutif de la Fédération malgache de football, ont refusé de participer à la visioconférence initiée par le président Arizaka Rabekoto Raoul hier au siège à Isoraka.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

La méthode est pourtant légale surtout en cette période de confinement, que même la FIFA l’a utilisée dernièrement avec tous les présidents des fédérations du monde entier. Mais allez savoir pourquoi cette aile dissidente, car c’en est une, est allée jusqu’à dire qu’elle exige une présence physique de Arizaka Rabekoto Raoul, et de revenir un peu plus tard qu’elle ne veut être complice d’un homme recherché par la justice. Mais le président Arizaka Rabekoto Raoul, imperturbable, de répliquer ouvertement qu’il n’est pas encore condamné et que, jusqu’à preuve du contraire, il reste le président de la FMF. De toute évidence, l’objectif du second vice-président Alfred Randriamanampisoa, qui a voulu présider la réunion d’hier, est de destituer Arizaka Rabekoto Raoul et de prendre son poste.

 

Liée à cette mutinerie ou pas, on notera la coupure de la connexion internet lors de l’intervention du président Raoul. Mais, heureusement, la FMF avait un autre opérateur mobile de rechange pour permettre à Arizaka Rabekoto Raoul de s’entretenir avec la frange qui lui est fidèle et qui est restée dans la salle de réunion. La seule ombre au tableau reste toutefois l’absence du premier vice-président Victorien qui se trouve être l’homme de confiance du président de la FMF. A-t-il subi une quelconque pression, notamment sur son poste de DRH d’un ministère ? C’est une hypothèse à ne pas écarter car c’est le successeur légal du président en cas de vacance de ce poste qui fait l’objet de toutes les convoitises.

 

Clément RABARY