logo Moov
           Nocomment
Elections de 2018 : Le Royaume Uni insiste sur l’inclusivité !
(06-12-2017) - Même langage que ses pairs de la communauté internationale. La Grande Bretagne, par le biais de son ambassadeur, David Boyle, exige des élections « crédibles et inclusives ».
-
-
© www.02.mg

C’est ce qu’il a fait savoir hier lors de la rencontre entre ledit ambassadeur et le président du Sénat, Rivo Rakotovao au Palais d’Anosikely. En parallèle, il tient à ce que tous les acteurs du processus électoral se mettent autour d’une table en vue d’un dialogue. Ce dernier sera en l’occurrence axé, d’après ses explications, sur « le système électoral, les lois électorales et l’inclusivité des élections ». Néanmoins, il n’a pas fourni d’amples détails sur la manière dont ce dialogue sera effectué, encore moins sur lesdits acteurs qui regroupent d’une manière générale les politiciens, les membres de la société civile, les citoyens, la Ceni, les aspirants au poste de président de la République et la liste est loin d’être exhaustive. Le but n’étant autre que de « rassurer la population », selon toujours les David Boyle.

Ni… ni… Elections inclusives impliquent le refus du fameux « ni… ni… » qui – dans une certaine mesure – a détruit deux principaux prétendants lors des élections de 2013. Un «ni… ni… » imposé par la communauté internationale que les autorités nationales, à titre de rappel, devaient accepter tant bien que mal à cette époque. Pour 2018, la même communauté internationale exige à ce que les élections organisées l’année prochaine n’excluent personne. Mais pour Rivo Rakotovao, le président du Sénat, il faut se référer au droit positif. « Faisons des textes mettant en vigueur les balises pour les élections. Laissons-les déterminer si telle candidature est recevable ou irrecevable », a-t-il réitéré. A en croire les arguments de Rivo Rakotovao, tout porte à croire que le HVM tend médiatement à l’appliquer. Si l’on tient aux textes en vigueur, faudrait-il rejuger l’ancien président de la République Marc Ravalomanana ? Ses partisans l’ont toujours revendiqué d’ailleurs. Aussi, ont-ils avancé que le casier judiciaire de leur « Dada » demeure vierge. Pour Andry Rajoelina, faudrait-il requalifier ce qu’il a effectué en 2009 : un putsch ou un soi-disant changement. Par ailleurs, les débats peuvent également ressurgir avec la fameuse Liste des 109 sanctionnés par l’Union Africaine publiée en 2010.

Aina Bovel

Bookmark and Share

Vous êtes ici : Accueil > Actualités
Vous êtes à Antananarivo :
Contactez nos journalistes :
  Tel. 034 00 301 50
         034 00 173 54

Vous êtes en province :
Envoyez les reportages de votre région !
Moov les diffusera
E-mail : editorial@dts.mg
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg