Vous êtes ici

29-08-2018 par La dépêche de Madagascar

L’Etat procède à l’assainissement des entreprises jouissant du régime des zones franches. Plus de 300 entreprises en seront touchées.


Copyright Image : La Dépêche de Madagascar

Grand coup de balai. Le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP) procèdera au retrait d’attestation d’agrément à plus de 300 entreprises franches, réparties dans tout Madagascar. Cet assainissement du secteur a été communiqué lors du Conseil de Gouvernement datant du 21 aout.

 

D’après les explications émanant de MIDSP, hier, la plupart de ces entreprises disposent d’agrément consentis, mais qui n’opèrent cependant plus depuis plusieurs années. « Certaines d’entre elles ne sont plus localisables auprès des adresses qu’elles ont communiquées au niveau de l’administration. N’étant plus en activité, d’autres n’ont plus effectué de déclaration au niveau de l’administration douanière et n’ont donc plus effectué de paiement d’impôts au niveau du Fisc », indique un responsable de ce ministère.

D’autres entreprises, par contre, continuent d’opérer mais ne respectent pas les engagements qu’elles sont tenues de respecter, à savoir l’exportation de toutes leur production, ou encore le non-respect des dispositions mentionnées dans leur cahier de charge, avant leur implantation. « Il s’agirait d’entreprises malintentionnées qui veulent tout simplement de ce régime de zone franche. Elles décident tout simplement de commettre des fautes graves, comme la non transmission de leur rapport d’activité, qu’elles devraient pourtant communiquer au moins deux fois par an. Il y en a également celles qui effectuent des fausses déclarations au niveau du Fisc ou de l’administration douanière », souligne pour sa part le président du Groupement des Entreprises franches et partenaires (GEFP), Herilanto Rakotoarisoa.

 

En tout cas, ce président du GEFP salue cette initiative de l’Etat qui compte procéder à ce grand assainissement. « Cette traque devra même être intensifiée, d’autant plus qu’il y a celles qui bénéficient de ce régime de zones franches sans pour autant le mériter », poursuit-il. Mises à part ces entreprises franches qui verront leur attestation d’agrément retiré, il n’y aura à Madagascar que 280 entreprises opérationnelles qui sont régulières, poursuit le responsable du MIDSP.

A rappeler que ces entreprises franches jouissent de plusieurs avantages. Le régime d’entreprises franches offre entre autres à l’investisseur un système fiscal réduit et à faible taux avec une exonération totale d’impôts sur les bénéfices, un régime douanier assurant une exemption de tous droits et taxes à l’importation et à l’exportation de toute marchandise.

 

Rado Andriamampandry