Vous êtes ici

22-08-2018 par La dépêche de Madagascar


Copyright Image : La Dépêche de Madagascar

 

Le nouveau représentant du Fonds monétaire international (FMI) à Madagascar, Marc Gérard, prend officiellement ses fonctions, hier. Le temps est immédiatement pour le travail, pour cet économiste qui a rencontré le ministre des Finances et du budget (MFB), Vonintsalama Andriambololona pour faire un état des lieux des étapes franchies concernant le programme de Facilité élargie de crédit (FEC), dont bénéficie la Grande Ile. Après trois revues de ce programme, toutes validées par le conseil d’administration du FMI, ce représentant de l’institution de Bretton Woods a profité de cette rencontre pour parler déjà de la préparation de la quatrième revue du programme FEC, avec une mission du FMI prévue s’effectuer en mi-septembre.

Marc Gérard succède ainsi à Patrick Imam en tant que représentant de cette institution financière à Madagascar. Il a débuté sa carrière au sein du département des finances publiques du FMI en Côte d’Ivoire puis en Géorgie, des pays qui sont également bénéficiaires du FEC comme la Grande Ile. Avant sa mutation à Madagascar, il était au département Europe du FMI où il occupait le poste d’économiste principal et participait au diagnostic financier des pays de l’Est.

Madagascar s’attend donc à ce que celui-ci met ses compétences et ses expériences non seulement pour le compte du FMI mais surtout pour la Grande Ile. A rappeler en effet que le FMI conseille ses pays membres sur les politiques économiques et financières, qui visent à promouvoir la stabilité, à réduire la vulnérabilité aux crises, à encourager une croissance durable et à relever le niveau de vie de la population. Il suit également de près les tendances et les phénomènes économiques mondiaux, qui ont une incidence sur la santé du système monétaire et financier international. Outre ces activités de surveillance, cette institution fournit une assistance technique aux pays membres pour les aider à renforcer leur capacité institutionnelle, et il met des ressources à leur disposition pour faciliter l’ajustement en cas de crise de balance des paiements.

Rado Andriamampandry