logo Moov
          Nocomment
Jeudi Janvier





Affaibli par le naufrage du ferry Sewol qui a fait plus de 300 morts et disparus le 16 avril dernier, le gouvernement sud-coréen a limité la casse mercredi lors d'élections locales, selon les résultats définitifs proclamés jeudi
Affaibli par le naufrage du ferry Sewol qui a fait plus de 300 morts et disparus le 16 avril dernier, le gouvernement sud-coréen a limité la casse mercredi lors d'élections locales, selon les résultats définitifs proclamés jeudi
© AFP

Le Saenuri (conservateur) de la présidente Park Geun-hye a remporté huit des 17 scrutins clés pour l'élection de gouverneurs de province et de maires.

Le principal parti d'opposition, la Nouvelle alliance politique pour la démocratie (NPAD), en a remporté neuf.

"L'opposition espérait mieux mais compte tenu de la cote de popularité élevée de (la présidente) Park avant le naufrage du Sewol, c'est au-delà de ce qu'ils auraient fait il y a deux mois", analyse le politologue Choi Jin.

Le palais présidentiel a indiqué jeudi dans un communiqué qu'il prenait acte "humblement" des résultats de l'élection.

Nombre de Sud-Coréens choqués par l'accident du 16 avril dans lequel ont péri en majorité des lycéens en voyage scolaire jugent la responsabilité de la présidente et de son cabinet directement engagée.

La chef d'Etat a elle-même implicitement reconnu que la corruption de fonctionnaires des agences de contrôle maritime, et le laxisme de ces agences, avaient concouru à la tragédie qui a fait 288 morts et 16 disparus sur 476 passagers et membres d'équipage.

Mme Park s'est également vu reprocher une absence apparente d'empathie avec les familles et de remord sur les multiples dysfonctionnements révélés par l'enquête préliminaire.

Cette enquête a révélé que le fret transporté était au moins deux fois supérieur au niveau recommandé. Le Sewol était en outre moins résistant à la houle en raison de l'ajout illégal de cabines supplémentaires sur plusieurs ponts après son rachat en 2012.

Enfin les familles déplorent la lenteur et la désorganisation des secours.

Si le Saenuri n'a pas été balayé comme l'espérait l'opposition, celle-ci se réjouissait jeudi d'avoir conservé la mairie de Séoul, considérée comme un tremplin vers la présidence.

"Mon élection est la victoire de tous les citoyens qui, endeuillés par le naufrage du Sewol, exigeaient des changements", a déclaré le maire reconduit, Park Won-soon, qui devrait solliciter l'investiture du NPAD pour la présidentielle de 2017.


L'entrevue avec le pape sera sans doute brève, bien que les sujets délicats ne manquent pas, notamment sur les évolutions sociétales qui divisent anglicans et catholiques, et les anglicans entre eux (ordination des femmes, mariage gay).

Mais aussi parce que le pape est argentin et donc sensible à la question des îles Malouines (Falklands) qui divise Argentins et Britanniques.

L'Eglise anglicane - 80 millions de fidèles dans 165 pays - est séparée de Rome depuis le divorce du roi Henry VIII au XVIe siècle. Elle est dirigée par l'archevêque de Canterbury, Justin Welby, mais la reine en est le "gouverneur".

La question du départ vers l'Eglise catholique de centaines de prêtres anglicans, en désaccord avec les positions jugées trop libérales de leur Eglise sur les questions de moeurs (mariage, homosexualité), a tendu les relations depuis 2009.

L'ordination des femmes dans l'Eglise anglicane est une différence de fond avec Rome qui l'exclut totalement.

Cependant les relations restent chaleureuses entre François et Justin Welby qui a adhéré le mois dernier à une initiative commune interreligieuse contre la traite des personnes.

Une autre question de société très actuelle est l'entrée en vigueur du mariage gay en Angleterre.

L'Eglise catholique britannique s'est opposée au projet du gouvernement de David Cameron, notamment par la voix du cardinal Gerard Vincent Nichols, archevêque de Westminster, fait cardinal par François en février.

- "Fumée blanche sur les Falklands" -

Autre sujet chaud, mais qui ne sera pas nécessairement abordé lors de la rencontre: la sensibilité différente sur la question toujours aiguë de la guerre des Malouines/Falklands, remportées en 1982 par le Royaume-Uni à l'issue d'une intervention éclair sous le gouvernement de Margaret Thatcher.


Après l'élection de Jorge Bergoglio à la tête de l'Eglise, la presse britannique avait ressorti des déclarations datant de 2011, dans lesquelles il évoquait les Malouines comme "nos" îles.

Les habitants de ces îles, appelées Falklands par les Britanniques, ont voté à une majorité écrasante de 99,8% pour rester un territoire britannique d'outre-mer.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, avait exprimé son désaccord "respectueux" avec François, après son élection à la tête de l'Eglise catholique en mars 2013.

L'ambassadeur britannique au Saint-Siège, Nigel Baker, a confié jeudi matin que "le Vatican avait été très clair: il s'en tiendra à la même position de neutralité qu'il a toujours prônée dans cette affaire".

Lors de son long règne, la reine s'est déjà rendue deux fois au Vatican, pour rencontrer Jean XXIII en 1961 et Jean Paul II en 2000.

Encore princesse, un an avant de succéder à son père George VI, elle avait rencontré Pie XII en 1951.

Quand Benoît XVI s'était rendu en Ecosse en 2010, il avait été reçu par Elizabeth au Palais royal de Holyroodhouse.

Bookmark and Share
  (0)
 
 
Les sites recommandés
cursus.edu/dossiers-arti ...
Rapport eLearning Africa 2014 : les TICE vont transformer le continent

Et ne ratez pas les liens du Lémurien ››

Vous êtes ici : Accueil > Essentiels > Carnet scolaire
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg