logo Moov
           Nocomment
LU POUR VOUS : « Bakhita » de Véronique Olmi
(13-02-2018) - Une petite fille, une petite africaine qui aurait pu être heureuse dans son village, entourée de ceux qu’elle aime.
-
-
© Midi Madagasikara
Seulement voilà, la vie en a décidé autrement, mais la vie est parfois d’une cruauté sans borne et espérer être heureux au Soudan en 1865, c’était compter sans ces négriers cupides qui faisaient commerce de leurs frères humains. Bakhita est née dans ce Soudan où l’on prostitue les filles, où on les vend comme esclaves, où on pratique à grande échelle la castration des garçons, ou l’on sépare les familles,… Bakhita, à qui on a volé l’identité ( elle ne se souviendra plus de son vrai nom), à qui on a volé la joie de vivre, à qui on a interdit de penser, d’espérer, Bakhita, traitée plus bas qu’un chien comme tous ces gens expédiés en caravanes vers d’autres souffrances.

Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion. Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres. Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

Une pépite. On remarquera que Bakhita, qui n’a pas été éduquée, si ce n’est à force de coups de fouets, a perdu la mémoire de son enfance, n’a pas reçu d’instruction, ne saura jamais lire et aura bien des difficultés à maîtriser une langue. Il semble d’ailleurs que son langage soit fait d’emprunts à plusieurs langues qu’elle a dû pratiquer durant son parcours. On notera également que quelques années après son installation en Italie, Bakhita informe une religieuse de sa situation d ‘esclave, et la religieuse lui répond qu’elle sait, sans autre commentaire.

Autrement dit, à cette époque dans un pays où on a déjà proclamé l’abolition de l’esclavage, on continue à considérer les gens enlevés par des négriers comme esclaves et que leur affranchissement doit faire l’objet d’un procès. La bonne société serait donc restée longtemps complice de ces pratiques… ? Le récit est merveilleusement bien écrit.
On vous laisse donc à la possibilité de lire cette pépite, de cheminer à votre tour avec une femme qui termine sa vie comme elle le mérite mille fois puisqu’étant devenue croyante et pieuse, et qu’aujourd’hui encore, elle existe par les témoignages que l’on a conservés.



Bookmark and Share

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Culture
Vous êtes à Antananarivo :
Contactez nos journalistes :
  Tel. 034 00 301 50
         034 00 173 54

Vous êtes en province :
Envoyez les reportages de votre région !
Moov les diffusera
E-mail : editorial@dts.mg
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg