logo Moov
           Nocomment
Pit Leo : Petit lion deviendra grand
(30-12-2016) - La nouvelle scène malgache regorge de talents qui, grâce à des clips bien produits et des paroles percutantes, font leur petit bonhomme de chemin. Pit Leo fait partie de cette génération de chanteurs qui n’a certes pas sa langue dans la poche.
-
-
© nocomment.mg
Quarante, c’est le nombre de chansons que Pit Leo – Mahandry Beera pour l’état civil – a composé en solo ou en groupe depuis qu’il a commencé la musique en 2013. Un répertoire prolifique alors même qu’il n’a pas encore sortie son premier album qu’il compte intituler Mazava (Lumière). Avec des titres comme Mahandry 2.0 ou Mam’elatra (littéralement « s’étire », une chanson sans concession sur les filles faciles), il a trouvé son public. Son succès, il le doit certes à la qualité de ses chansons et à la pertinence de ses paroles, mais aussi à ses potes qui n’hésitent pas à donner de la voix sur certaines de ses compositions. En effet, Pit Leo chante le plus souvent en « featuring » avec d’autres figures de proue du R’n’B gasy comme Nossy pour le titre Daigany (là encore, une chanson sur les filles faciles, un thème décidément récurrent : traumatisme ?) ou la plupart du temps en duo avec Mr Sayda, l’autre précurseur du collectif Ambanidia Rekordz. Mais Pit Leo se défend sur ses thèmes un peu racoleurs : « Je ne fais que décrire ce que je vois dans la société : l’amour, la tristesse, les fêtes, notre quotidien quoi. »

Né à Morondava, il a grandi à Antsirabe. La musique pour lui est une seconde nature mais il a fallu attendre 2013 pour le voir monter sur scène. Il s’est lancé avec des amis dans un groupe de rap appelé MC Lyon. Mais vers la fin de l’année 2014, il décide de changer de registre. Beaucoup plus entraînant, un peu plus dans l’air du temps et permettant de s’adresser à un public plus large, il choisit le ragga dancehall. Normal, après tout. Enfant, il était en admiration devant Bob Marley et ses fils Ky-mani et Damian. « Ils m’ont donné envie de faire de la musique. J’aurais aimé faire du reggae comme à l’époque de Bob, mais je n’excelle pas dans ce style. Le dancehall, c’est plus dans mes cordes et ça parle à plus de monde », confie-t-il.

Qu’à cela ne tienne, faute du tempo 100 Kingston, il aura la crinière ! qui le fait ressembler à un lion, d’où son pseudo de « p’tit lion » puis de Pit Leo. Côté musique, il s’essaie de temps à autre à des chansons « roots and natural », histoire de tourner le dos aux chansons un peu trop « autotuned » ou bidouillés automatiquement et sans âme grâce à des logiciels. « Ma particularité est qu’on peut chanter toutes mes chansons en live acoustique sans que cela ne paraisse bizarre », avance-t-il fièrement. Eh oui, avoir un chanteur qui chante pour de vrai sur scène devient une originalité. Épique époque!

#DinaRamaromandray

© nocomment.mg
Bookmark and Share

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Gasy Winner
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg