logo Moov
           Nocomment
Santé – Le paludisme fait des victimes dans le Sud de Madagascar
(25-01-2018) - Une crainte de la recrudescence du paludisme plane, après le passage du cyclone. Des victimes de paludisme grave ont été déclarées dans le Sud.
-
-
© L'Express de Madagascar

Recrudesce-nce. Des victimes du paludisme arrivent comateuses au niveau des formations sanitaires, dans le Sud. «Nous en avons compté sept, la semaine dernière. Ils sont atteints d’une forme de paludisme grave et ne viennent à l’hôpital que lorsque leur état de santé s’aggrave. Nous attendons le réveil de l’un d’entre eux, en ce moment. Les autres se sont déjà rétablis après avoir reçu le traitement», rapporte le personnel médical du centre hospitalier de référence du district (CHRD) à Ampanihy, hier. Dans ce CHRD, 90% des malades hospitalisés sont victimes de cette maladie, la majorité étant des enfants.
Certains ont eu moins de chance et ont perdu la vie. Un enfant en a fait les frais, la semaine dernière. Neuf autres ont succombé au sein des formations sanitaires des autres zones, dont quatre à Brickaville au début de ce mois, selon le rapport du médecin Inspecteur de ce district. Deux autres à Betroka et quatre autres à Fenoarivo-Be, selon le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP). D’autres décès auraient eu lieu hors formations sanitaires, mais n’auraient pas été déclarés.

Zone rouge
Le ministère de la Santé publique classe les districts de Benenitra, de Betroka et d’Ampanihy, de  zones rouges à la propagation du paludisme. Plus de 25% des personnes qui ont fait des consultations médicales dans ces zones ont été déclarées positives au test de diagnostic rapide (TDR). A Sakaraha, un responsable de la Santé affirme une hausse des paludéens. C’est le même cas dans le district d’Ampanihy. A Fenoarivo-Be, cent deux familles ont été touchées par la maladie. «Ce fait est normal après le passage du cyclone. Les moustiques pondent dans les eaux stagnantes», souligne le professeur Arsène Ratsimbasoa, directeur du PNLP.

La saison de pluie et cyclonique ne devrait pas être une excuse pour donner raison à la maladie. Plusieurs actions ont été menées pour réduire le nombre des victimes, dont la distribution de moustiquaires imprégnées, la campagne d’Aspersion Intra-Domiciliaire d’Insecticide (CAID). Il s’avère toutefois que l’objectif est loin d’être atteint. «C’est un problème de politique de santé. Nous disposons de médicaments de traitement en grande quantité mais les préventions n’existent pas. Par exemple, la globalité de la population ne bénéficie pas de moustiquaires imprégnées. Elles ne sont distribuées qu’aux ménages où il y a des mères et des enfants», avance un médecin. Le professeur Arsène Ratsimbasoa précise que l’acheminement des intrants est difficile dans les zones où l’insécurité règne. Positif, il préfère s’étaler sur la réussite de son équipe quant à la baisse du taux de décès en 2017, par rapport à celui de 2015 et 2016.

Miangaly Ralitera

© L'Express de Madagascar
Bookmark and Share

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Médecine et santé
Autres sites du groupe : www.telma.mg | www.mvola.mg