Vous êtes ici

23-05-2020 par L'Express de Madagascar

Le palais royal de Manjakamiadana retrouvera définitivement sa place dans l’histoire pendant la fête nationale. Les travaux de réhabilitation seront terminés à temps.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


Un événement important. Le Rova de Manjakamiadana renaîtra définitivement de ces cendres avant le 26 juin, 60e anniversaire du retour de l’indépendance. La ministre de la Commu­nication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo a fait l’état des lieux avec la presse hier. Histoire de s’assurer du respect du délai imparti à l’entreprise titulaire des travaux et de tirer au clair la construction du Colisée Kianja Masoandro objet de vives polémiques sur les réseaux sociaux. « Tous ces travaux devraient s’achever au mois de juin d’après ce qu’on a convenu avec l’entreprise », affirme la ministre. Le chef de chantier de l’entreprise Colas est plus précis. « Toutes les constructions seront terminées vers les dix premiers jours du mois prochain », a-t-il déclaré. Pour le moment les travaux battent leurs pleins.

Manjakamiadana a été reconstruit à l’identique à l’extérieur. En revanche, beaucoup de rénovation ont été apportées à l’intérieur. Désormais, il sera le premier musée de l’histoire de la royauté aux normes internationales avec les trois premiers niveaux dédiés à la scénographie et le quatrième niveau consacré à une bibliothèque et médiathèque pour consultation publique des œuvres scientifiques et historiques. Le dernier niveau abritera les bureaux des responsables.

Dans cet esprit de rénovation, un Colisée dénommé Kianja Masoandro est en phase d’achèvement à la place du palais Masoandro commandé par Ranavalona III en 1890 mais qui n’a jamais pu être achevé. Il fait l’objet de vives polémiques sur les réseaux sociaux. Les partisans du patrimoine sont farouchement contre cette « hérésie » dans l’enceinte du palais royal. « Il s’agit d’une projection du projet avorté de Rana­valona III qui s’est arrêté à la fondation avant que les Français l’envoient en exil. C’est un hommage rendu à la dernière reine. Kianja Masoandro symbolise notre victoire », souligne la ministre.

« Le Colisée est juste un nom. Il ne sera pas dédié à la gloire d’une personne comme certains le craignent », tient-on à préciser. Il s’agit d’une arène, d’un théâtre en plein air destiné exclusivement à accueillir un spectacle historique permanent et évolutif composé de scènes théâtrales, ciné-scène, son et lumière. Les objectifs sont de traiter l’histoire du pays de manière éducative et culturelle, de servir d’attraction touristique, de donner aux jeunes générations la possibilité de se re-imprégner l’histoire.

« Le 60e anniversaire du retour de l’indépendance marquera notre souveraineté », avait souligné le président de la République. C’est ainsi que tous les travaux au palais de Manjakamiadana ont été entièrement financés par l’État malgré une subvention étrangère de 40 000 euros.

Les travaux seront menés à terme malgré les vives contestations et la collecte de signatures sur les réseaux sociaux. Tout a été effectivement clairement spécifié dans les appels d’offre et le président de la République avait détaillé le projet et annoncé la construction du Kianja Masoandro sans que personne ne trouve à redire. Un comité scientifique a été consulté de même que des spécialistes en patrimoine. Ce n’est pas à quelques jours de la livraison des travaux qu’on va tout remettre en question.