Vous êtes ici

18-03-2020 par Midi Madagasikara

Et si le doyen des entraîneurs de basket-ball en activité était un Malgache ? La question mérite d’être posée car ce record, puisque c’en est un, est à inscrire dans le “Guinness Book” sous le nom de Edmond Rakotoarivelo plus connu sous le pseudonyme de Ratafia.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

Ratafia est un homme heureux qui va fêter son 90e anniversaire. Il est né le 25 mars 1930 mais il va célébrer l’événement trois jours plus tard, le samedi 28 mars, au Club house de l’université à Ankatso avec tous ses amis mais également les dirigeants du Stade olympique de l’Emyrne.

Ratafia est un phénomène qui continue d’entraîner les équipes jeunes du Stade olympique de l’Emyrne. Malgré le poids de l’âge, il trouve encore les moyens d’inculquer les fondamentaux aux jeunes du SOE de moins de 14 aux moins de 20 ans.

 

Début à 17 ans.

Un entraîneur très respecté qui n’a pas pour autant eu la reconnaissance de l’Etat avec comme seule récompense cette médaille de Chevalier du mérite sportif de l’ère Ratsiraka et remise en main propre par le Premier ministre de l’époque, à savoir Pascal Rakotomavo.

 

Depuis, plus rien. Ou plutôt si avec le trophée de Midi Madagasikara de 2019 à l’Arena Ivandry. Une marque de reconnaissance du journal pour cet homme qui a tout donné et qui continue à servir le basket-ball malgré le poids de l’âge.

Une discipline qu’il a connue à 17 ans avec l’Orient club de Tana en 1947. Depuis, Ratafia enchaînait les grosses performances, notamment au poste d’entraîneur où il a vécu des moments heureux, plus particulièrement avec l’équipe nationale féminine qu’il a conduite tour à tour aux Jeux de la Francophonie au Maroc, aux Jeux des îles à Maurice en 1985, lors d’une tournée en Chine mais également aux championnats d’Afrique à Dakar.

 

Joie légitime.

Ses performances en club sont également exceptionnelles car il a permis aux hommes du SOE de ravir à cinq reprises le titre de champions de Madagascar. Il a gagné définitivement le trophée en 1974 face à la redoutable équipe de Sotema.

Mais l’horizon de Ratafia s’étend également dans d’autres clubs qu’il a pris sous sa cape. Il a été aussi entraîneurs des joueuses de l’US des Cheminots mais également de l’Asut, raison qui l’a poussé à fêter son anniversaire au Club house car l’Université lui doit bien ce titre de championne N1B de l’époque. La belle époque, se souvient-il encore aujourd’hui avec en filigrane cette joie légitime des Universitaires qui faisaient leur entrée dans la cour des grands quand Rémy Rambeloson dirigeait de main de maître la section sportive d’Ambohitsaina.

 

Aujourd’hui encore, les yeux de Ratafia pétillent de joie quand il évoque ces moments qu’il n’est pas près d’oublier. C’est comme si le temps n’avait pas d’emprise sur sa mémoire truffée de bonnes choses et qui lui fait dire qu’il ne s’arrêtera pas d’entraîner tant qu’il peut se mettre débout. Sacré Ratafia !

 

Clément RABARY