Vous êtes ici

15-04-2021 par AFP

Dans un hôpital allemand, des patients plus jeunes et des médecins inquiets


C'est un triangle avec un point d'exclamation sous lequel se détache le mot "variant": cet avertissement est désormais fréquent à l'entrée des chambres des patients atteints du Covid-19 dans l'hôpital bavarois de Freising.

Comme dans beaucoup de pays européens, la troisième vague épidémique qui frappe cet hôpital du sud de l'Allemagne diffère des deux épisodes précédents: la majorité des malades sont porteurs du variant britannique du virus, plus contagieux, signalé par la mention "UK-Mutante" sur leur porte.

Et ils sont beaucoup plus jeunes, "entre 40 et 60 ans pour la plupart", note le docteur Thomas Marx, 42 ans, directeur médical du service de soins intensifs.

"Ils doivent souvent être intubés et se battre longtemps contre la maladie", explique-il, précisant qu'un quart d'entre eux n'y survit pas.

Lors de la visite de l'AFP dans ce service, un homme âgé d'une quarantaine d'années est allongé dans une chambre. Le regard épuisé, un tuyau à oxygène dans le nez, il respire difficilement. "Nous avons pu éviter de l'intuber, même si nous étions prêts à le faire il y a quelques jours", raconte Thomas Marx.

- Longue guérison -

Eviter l'intubation, c'est permettre aux malades, déjà très affaiblis par le virus, de ne pas avoir à subir un traitement aux lourdes conséquences.

Au chevet du patient, le docteur lui explique néanmoins que sa guérison va encore nécessiter beaucoup de temps.

Le nombre de patients hospitalisés âgés de 35 à 49 ans a "fortement augmenté", avait averti en fin de semaine dernière Lothar Wieler, le directeur de l'institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI).

"La situation est grave (...). La troisième vague de la pandémie tient notre pays sous son emprise", a de nouveau insisté mardi la chancelière Angela Merkel justifiant la décision de son gouvernement de s'octroyer des pouvoirs accrus pour combattre l'épidémie.

"La troisième vague du Covid-19 nous a clairement atteints", constate Thomas Marx, à Freising. Sur les 14 lits que compte le service, 5 sont occupés par des malades du Covid-19.

Parmi eux, un homme d'une soixante d'années, intubé et qui ne peut communiquer qu'à l'aide d'un stylo et d'une ardoise posée sur ses genoux.

Une main gantée posée sur son épaule, un soignant essaie de le comprendre : "Vous voulez parler à votre femme, c'est ça?", demande-t-il.

Une fois sorti des chambres, le docteur Marx enlève sa visière et sa blouse protectrices. Un sourire se devine sous son masque FFP2, mais aussi de la lassitude.

- Lendemain incertain -

Plus d'un an après le début de la pandémie, "nous nous battons encore tous les jours pour nos patients alors quand je regarde les infos et que je vois que les mesures de protection ne suffisent pas… C'est difficile à supporter", confie-t-il.

L'Allemagne débat en effet depuis des semaines d'un nouveau renforcement des mesures destinées à combattre la pandémie.

Angela Merkel a réussi mardi à imposer sa ligne stricte face aux régions, avec la prochaine instauration d'un mécanisme national harmonisant les restrictions sur tout le territoire allemand: couvre-feux nocturnes, réduction des contacts et fermetures des magasins seront obligatoires quand le taux d'incidence, qui mesure les infections sur une semaine, est supérieur à 100 pendant trois jours. 

Mardi, ce taux d'incidence s'élevait à 140,9 dans le pays. La loi doit encore être votée par le parlement, vraisemblablement la semaine prochaine, pour s'appliquer.

L'Allemagne compte actuellement 4.642 patients atteints de Covid-19 en soins intensifs et ce chiffre augmente plus vite qu'attendu, s'alarment les responsables médicaux.

À l'hôpital de Freising, l'effet des nouvelles mesures ne se fera peut-être sentir que dans quelques semaines. Le docteur Marx se dit "inquiet" pour les jours qui viennent. "La question n'est pas seulement de savoir si l'on peut traiter les malades du Covid-19", dit-il. "Il faut aussi pouvoir s'occuper de tous les autres patients et ne pas réduire la qualité de leurs soins".


AFP