Vous êtes ici

27-02-2021 par L'Express de Madagascar

Une hausse de l’hospitalisation des personnes qui développent la forme grave du coronavirus est constatée. Pas de confinement en vue.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


Les formes graves montent petit à petit, dans les hôpitaux réquisitionnés dans la prise en charge des personnes qui développent les formes graves de la Covid-19. « Il y a une légère hausse des cas graves, ces derniers temps. », affirment des médecins. Près d’une dizaine de cas graves seraient recensés dans chaque centre hospitalier universitaire (CHU) d’Antananarivo, actuellement. Certains arrivent dans ces hôpitaux, comateux.

Cette hausse des cas graves s’expliquerait par les évènements actuels : rassemblement, relâchement des gestes barrières, alors que les personnes susceptibles de développer les formes graves du coronavirus, comme les diabétiques, les hypertendus, les obèses, ne sont pas protégées. Et plus le virus se propage, plus le risque que le virus touche des personnes vulnérables augmente. D’autres professionnels de santé appréhendent le début d’un nouveau pic de l’épidémie. « Il suffit de compter les cas graves qui arrivent dans les hôpitaux pour évaluer le nombre de porteurs du virus de Covid-19 qui circulent dans la société. » indique un médecin.

Le pic de l’épidémie de coronavirus a été atteint durant la première semaine du mois de juillet, soit, au cœur de la période hivernale, lors de la première vague de l’épidémie, en 2020. La situation serait encore gérable dans les hôpitaux, actuellement. Les professionnels de santé arrivent à suivre le rythme, ils ne sont pas débordés. Les équipements seraient suffisants pour prendre en charge les cas graves.

Malgré cette hausse des cas graves, le reconfinement n’est pas d’actualité. L’an dernier, le chef d’Etat Andry Rajoelina a annoncé un confinement, dès la déclaration de quelques cas. « Retourner au confinement n’est dans l’intérêt de personne. Tout le monde doit apprendre à vivre avec ce virus. » lance un médecin.

Mais, à ce rythme et avec le relâchement des mesures sanitaires, le nombre de cas risque d’exploser, à la prochaine période hivernale qui débarquera dans près de deux mois. Les virus sont, particulièrement, virulents, pendant l’hiver. Le ministère de la Santé publique annonce des stratégies pour affronter la période hivernale. « Appliquez les gestes barrières, évitez les rassemblements, portez des masques, pour éviter la contamination.» recommandent des médecins.