Vous êtes ici

10-12-2019 par Midi Madagasikara

Attendu dans le Boeny dans l’après-midi du lundi 9 décembre 2019, le cyclone tropical Belna a bel et bien touché terre hier, au niveau du district de Soalala.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

Sous les eaux depuis hier, la localité de Soalala et les alentours sont complètement ravagés à plus de 80%. Le député de Soalala parle d’un bilan faisant état, hier en fin de journée, d’un mort et de trois personnes portées disparues. L’atterrissage de Belna a eu lieu hier à 16h30, l’œil du cyclone étant localisé à cette heure au niveau du Cap Amparafaka, à proximité de Soalala. Deux heures auparavant, il était encore positionné à 45 km au nord-ouest de cette localité. Avant de toucher terre, il s’est encore intensifié mais une fois sur la terre ferme, il a encore généré des vents de 150km/h et des rafales de 200km/h autour de son centre. Le phénomène d’un diamètre de 150km, a ainsi maintenu son intensité après l’impact. Se déplaçant à une vitesse de 20km/h, il emprunte une direction sud-ouest. Hier soir, autour de  20h, Belna se trouvait dans le district de Besalampy, dans la région Melaky, plus au Sud du Boeny. Une dégradation du phénomène est prévue à mesure qu’il traverse les terres.

 Dégâts. Les populations du Boeny, notamment des localités situées sur sa trajectoire, subissent pleinement les dégâts causés par Belna. Depuis hier, Soalala et ses alentours, notamment la partie Ouest, sont sous les eaux tandis que les dégâts matériels commencent à s’accumuler : les bâtiments administratifs, les infrastructures tels le marché et les rues, ainsi que les habitations sont sous les eaux. Les témoignages sur place font état d’une ville complètement inondée, incluant certains sites prévus au départ pour accueillir des sinistrés. Privé d’électricité et de moyens de communication, Soalala est particulièrement affecté par les dégâts.. Depuis hier soir, près de 172 sinistrés – dont 120 enfants – issus de 69 ménages sont accueillis à la Maison des jeunes, transformée en site d’hébergement.

A une centaine de kilomètres plus au Nord-Est de Soalala, la ville de Mahajanga n’a pas été traversée par l’œil de Belna. Il n’en demeure pas moins que le temps s’est nettement dégradé dans cette ville, avec de fortes pluies et des débordements des vagues vers le bord de la mer. Selon le BNGRC (Bureau national de gestion des risques et catastrophes), plus de 170 personnes ont dû être déplacées à Mahajanga. Un centre opérationnel composé du BNGRC, de la préfecture, de la police nationale et de la gendarmerie, ainsi que des représentations ministérielles, est à pied d’œuvre actuellement à Mahajanga pour gérer la situation dans les zones sinistrées.

Hanitra R.