Vous êtes ici

27-02-2021 par L'Express de Madagascar

L’inauguration d’un centre de radiothérapie à l’hôpital Befelatanana est la première sortie officielle du Président, depuis que la situation politique s’est crispée. Il en a profité pour répliquer à ses détracteurs et défendre sa politique de développement.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


Travailler pour la population. C’est le leitmotiv qui anime les actions étatiques au quotidien défend Andry Rajoelina, président de la République. «Nous travaillons. Nous pouvons même affirmer que nous faisons beaucoup pour la population, car c’est le mot d’ordre qui guide le pouvoir », déclare-t-il.
Le chef de l’État a présidé la cérémonie d’inauguration d’un centre de radiothérapie au cobalt, hier, au Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta à Befelatanana (CHU-JRB). Il s’agit de sa première sortie officielle depuis que le pouvoir et l’opposition ont déterré la hache de guerre.
Andry Rajoelina a ainsi, profité de sa prise de parole hier, pour répondre aux assauts de ses détracteurs. « Nul ne pourra stopper le développement que nous apportons à cette île que nous chérissons », lance-t-il.

« Qui osera encore dire que ce que nous avons réalisé ici n’est pas prioritaire ? », assène le locataire d’Iavoloha, en faisant référence au centre de radiothérapie nouvellement mis en place. Il l’érige même en « symbole de l’engagement de l’État à veiller sur la santé de la population ». Sur le plateau du mouvement médiatique « Miara-manonja », l’opposition décoche des tirs à boulets rouges quotidiennement contre le pouvoir. Les projets présidentiels figurent parmi leurs cibles privilégiées.

Pour l’opposition, les projets d’infrastructures inscrits dans les « Velirano », du chef de l’État, ne sont pas opportuns, étant donné les difficultés quotidiennes de la population. « La santé, l’éducation, la réhabilitation des routes, le sport, l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire, l’équipement de l’administration publique sont tous prioritaires », réplique Andry Rajoelina, brassant en une phrase les axes majeurs de ses engagements.

Prenant l’exemple de la santé publique, le président Rajoelina défend la pertinence de sa politique de développement en soulignant le rôle des « hôpitaux marampenitra », dans la lutte contre la Covid-19. « Sans les hôpitaux manarampenitra où aurions-nous soigné tous ces malades ? », interroge-t-il. Dans des villes comme Toamasina et Toliara, ces établissements hospitaliers ont, effectivement, fait la différence dans la guerre contre le coronavirus.

Sur sa lancée, le président de la République indique que la construction de treize « hôpitaux manarampenitra », sont en cours de finalisation. Mettant l’accent sur une décentralisation du système de santé, il rappelle que des villes comme Maintirano, Antsalova, ou encore Vohi­bato et Belo Androy sont parmi les bénéficiaires de ces nouvelles infrastructures hospitalières.

Soulignant une politique de santé de proximité, il ajoute que la construction de cent-onze Centre de santé de base de niveau II (CSB II), sont également, en cours.

« La réforme du système de santé à travers l’amélioration de l’accès au système de santé, la mise en place d’infrastructure moderne et d’équipement moderne est au cœur de ma priori té », atteste le Président. Il ajoute, « nous voulons léguer à la population un système de santé performant, au service des usagers et des patients ». Il fait, par ailleurs, un clin d’œil aux personnels de santé en indiquant que cette réforme s’accompagne de l’amélioration de leurs conditions de travail. Il leur demande, néanmoins, de ne pas se détourner de leur vocation première, « aider et soigner les malades ».