Vous êtes ici

04-05-2021 par Midi Madagasikara

Les dates des épreuves des examens officiels restent inchangées mais des modifications pourraient tout de même avoir lieu en fonction de la situation sanitaire du pays. Cependant, les préparatifs sont déjà en cours, notamment l’élaboration des sujets du CEPE et du BEPC au niveau des régions.


Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

Aucun changement n’est apporté au calendrier des examens officiels. C’est ce que la ministre de l’Education nationale (MEN), le Dr Marie Michelle Sahondrarimalala a annoncé hier, lors d’une rencontre avec la presse à Anosy. Face aux inquiétudes des parents et des élèves concernant l’éventuelle annulation, le report ou le maintien des dates indiquées initialement, elle a tenu à rassurer que le MEN est actuellement en pleine préparation. L’élaboration régionale de sujets BEPC et CEPE avance à grands pas. C’est ce qui explique d’ailleurs la reprise des cours pour les classes d’examen au plus tard demain, selon toujours la ministre. Cependant, elle a toutefois souligné que la tenue des épreuves dépendra de l’évolution de la situation sanitaire du pays. « Nous espérons maîtriser au plus vite cette pandémie pour que la vie puisse reprendre son cours normal. Le maintien ou le report du calendrier établi en dépend », a-t-elle précisé. Sauf changement, le CEPE se tiendra ainsi le 6 juillet, le BEPC du 19 au 22 juillet et les épreuves du baccalauréat auront lieu du 9 au 13 août pour l’enseignement général. La deuxième partie du baccalauréat technologique, professionnel et technique se déroulera du 16 au 19 août.

 

Vigilance. Après l’annonce de la reprise des cours pour les classes d’examen, les questions concernant la prévention et le contrôle de la Covid-19 dans les établissements scolaires trottent dans la tête de nombreuses personnes. Un « comité de vigilance » sera ainsi mis en place au niveau de tous les établissements publics et privés des 22 régions du pays. Ce comité veillera au respect des protocoles sanitaires et pédagogiques élaborés avec les établissements scolaires privés. Le port du masque, l’installation des dispositifs de lavage des mains avec du savon ou encore la désinfection des salles restent de rigueur. Pour diminuer les contacts physiques, les élèves seront divisés en deux groupes et la récréation se fera en alternance. Des cours théoriques seront dispensés à la place des épreuves pratiques pour les Epreuves physiques et sportives (EPS). Pour les élèves qui sont testés positifs à la Covid-19 et qui n’ont pas encore pu rejoindre les bancs de l’école, il relève de la compétence de chaque établissement d’organiser les devoirs à la maison et les leçons qui seront à récupérer auprès du secrétariat de l’école en fonction de l’organisation mise en place. L’enseignement à distance a été également encouragé mais il dépendra de chaque établissement en fonction de ses moyens.

 

Transfert. La vie suit son cours normal dans les établissements qui n’ont pas été transformés en Centre de traitement Covid-19 (CTC-19). Ce qui est loin d’être le cas pour l’EPP Soamandrakizay et le lycée technique à Alarobia. D’après le Dr Marie Michelle Sahondrarimalala, les élèves en classe d’examen à Soamandrakizay seront transférés provisoirement à l’EPP Analamahitsy. Pour le cas d’Alarobia , une source auprès du ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle (METFP) a indiqué que tous les préparatifs sont déjà en cours pour le transfert des 500 élèves en classe d’examen dans un autre établissement. La décision y afférente devrait être annoncée d’ici mercredi au plus tard, a également indiqué cette source.

 

Rakotobe Narindra