Vous êtes ici

23-02-2021 par L'Express de Madagascar

Le Président soutient que le redressement post-crise de l’Afrique doit se faire de manière audacieuse. Pour cela le continent devrait miser ses propres atouts et viser l’autosuffisance.


Copyright Image : Presidence


« Soyons les bâtisseurs de l’économie africaine émergente ». C’est par cette phrase que Andry Rajoelina, président de la République, conclu son allocution en ouverture du 20e forum économique international sur l’Afrique. Un rendez-vous qui, en raison des circonstances sanitaires, s’est tenu par visio-conférence.

La formule de conclusion lancée par le locataire d’Iavoloha, est également, une invitation à ses pairs africains à miser sur ce qu’il qualifie de « patriotisme économique», en cette période de redressement post-crise sanitaire. Andry Rajoelina expose, en effet, que le choc de la crise sanitaire a été révélateur des lacunes des systèmes de gouvernance des nations africaines dans le domaine économique et social. Il avance, notamment, que « selon la Commission économique pour l’Afrique, 94% des fournitures médicales en Afrique sont importées ».

Pour le Chef de l’Etat donc, la crise sanitaire « a permis de prendre du recul et impose une remise en question car, dorénavant l’économie africaine doit être plus solide ». Pour lui, le vécu durant la pandémie doit être capitalisé « pour accélérer l’industrialisation du continent et considérer l’autonomie alimentaire, énergétique et sanitaire comme une urgence continentale et nationale ». En bref, le président Rajoelina plaide pour « une Afrique autosuffisante ».

Pour convaincre ses pairs africains de l’opportunité d’un « patriotisme économique», en ces temps difficiles, le locataire d’Iavoloha met en avant l’exemple malgache. Il rappelle qu’au plus fort de la pandémie, Madagascar s’est attaché à trouver des solutions aux problèmes immédiats. Ce qui, d’une pierre deux coups, a contribué à lancer la mise en place d’une usine pharmaceutique dans la Grande île, avec comme premier produit le CVO+, qui permet de « traiter et prévenir », la Covid-19, le paludisme ou la bilharziose, selon ses dires.

« Nous avons ainsi décidé d’encourager et de soutenir la recherche scientifique malgache ainsi que nos chercheurs. C’est dans cette logique, que nous avons mis en place en octobre 2020, l’usine pharmaceutique Pharmalagasy », se félicite le Président. Il est prévu que, d’ici 2023, l’usine produise une dizaine de médicaments pour approvisionner le marché local. Andy Rajoelina met, aussi, l’accent sur la nécessité de l’autosuffisance alimentaire.

Face aux Chefs d’Etats africains, le président de la République réitère son ambition, selon laquelle « Madagascar doit produire localement tout ce dont les Malgaches ont besoin dans leur quotidien ». Pour étayer ses propos, face à ses pairs, il met en avant le projet agricole d’une superficie de soixante mille hectares dans le Sud-Ouest du pays. Andry Rajoelina affirme même qu’à long terme, l’ambition de la Grande île est « d’exporter vers l’Afrique continentale ».