Vous êtes ici

01-08-2020 par Midi Madagasikara

De nouvelles recrues pourraient faire prochainement leur entrée dans l’équipe gouvernementale en ce mercato en plein Covid-19.


Depuis la formation le 24 janvier 2019 du premier gouvernement Ntsay de l’ère Rajoelina, 10 ministres ont été remerciés (au propre comme au figuré) en l‘espace de 18 mois. La première à partir fut la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, Félicitée Rejo Fienena en juillet 2019. Marie Thérèse Volahaingo devait à son tour, suite à l’ « Affaire Panier garni de 65.000 Ar », s’effacer devant Rijasoa Andriamanana le 29 janvier 2020. Celle-ci ne garda pas non plus très longtemps le… portefeuille de l’Education nationale à cause de l’histoire de « 8 milliards Ar. de bonbons sucettes » qui a entraîné son limogeage le 04 juin 2020.

7 ministres. D’autres ministres ont aussi quitté le gouvernement lors du remaniement du 29 janvier 2020. Ils sont au nombre de 7, en l’occurrence, Naina Andriantsitohaina qui déménagea du ministère des Affaires Etrangères à Anosy pour l’Hôtel de Ville de la Capitale. A cause des problèmes de délestage, Vonjy Andriamanga céda aussi le ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures avant de passer plus tard de l’ombre à la… lumière avec son repêchage au poste de DG de la Jirama. La fuite de sujet au Bac 2019 a également coûté sa place de ministre de l’Enseignement Supérieur à Blanche Nirina Richard. Les autres partants étaient Julio Rakotonirina (Santé Publique) ; Jacques Randrianasolo (Justice) ; Roger Rafanomezantsoa (Sécurité Publique) ; Alexandre Georget (Environnement et Développement Durable).

Examens officiels. 6 mois après la recomposition de l’équipe gouvernementale, un remaniement dont l’ampleur dépend du Président de la République et du Premier ministre, s’avère incontournable voire imminent, surtout dans la perspective des examens officiels. En effet, à 1 mois de la date prévue pour la tenue du CEPE et à 1 mois et demi du début des épreuves du BEPC, l’intérim du ministère de l’Education nationale est toujours assuré par la ministre de l’Enseignement Supérieur Assoumacou Béatrice qui doit elle-même s’occuper de la préparation du Bac fixé au 5 octobre. C’est dire que la nomination de la remplaçante de Rijasoa Andriamanana est urgente.

Dîner d’adieu. Le remplacement de l’actuelle ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme est aussi d’actualité car, en plus du conflit d’intérêts que son mariage civil avec le diplomate américain Stuart Wilson a généré, elle va suivre, tôt ou tard, son mari dans son nouveau lieu d’affectation. Un dîner d’adieu à l’occasion du départ du Chargé d’Affaires américain s’est tenu avant-hier, d’après une publication sur Linkedin du Premier Conseiller auprès de l’Ambassade de France, Frédéric Joureau. Des ministrables potentiels commencent à circuler dans les allées du pouvoir pour succéder à Irmah Naharimamy à Ambohijatovo. En tout cas, sa remplaçante sera une descendante d’Eve qui sied mieux au poste mais aussi pour maintenir un tant soit peu la parité hommes – femmes au sein du gouvernement.

Débordé. Le ministre de la Santé Publique, le Pr Ahmad Ahmad risque aussi de faire les frais du prochain remaniement. Et ce, après son « initiative personnelle » de s’adresser aux chefs d’agence et institutions partenaires du développement sanitaire qui lui a valu un désaveu du gouvernement. Quoique le nom d’un(e) autre Professeur(e) très médiatique, commence à courir, l’actuel titulaire du poste bénéficie de la solidarité du corps médical mais aussi et surtout du soutien des natifs de la province de Mahajanga qui s’estiment être, à tort ou à raison, les mal aimés du pouvoir après l’éviction de Rijasoa Andriamanana qui est originaire du même Faritany. Ce qui a d’ailleurs amené le Premier ministre à souligner que l’interpellation du ministre de la Santé n’a aucun caractère tribal. Selon le communiqué du gouvernement, « le contenu de la lettre reflète l’état de débordement dans lequel se trouvent le ministre et son entourage ». Bon nombre d’observateurs se demandent si c’est seulement le ministre de la Santé qui est débordé. Une manière de laisser entendre qu’il y a d’autres maillons faibles dans le gouvernement. Lesquels sont également ou davantage en état de débordement si ce n’est pas l’Etat dans son ensemble qui est débordé. Et ce, face à la pandémie de Covid-19 qui constitue pour tous les ministres, un véritable …test. Positif pour les uns, négatif pour les autres.

R.O