Vous êtes ici

13-10-2021 par L'Express de Madagascar

Le verdict sur l’affaire de la tentative d’évasion d’Eddy Maminirina est tombé. Il est condamné, tandis que les deux médecins sont relaxés au bénéfice du doute.


Copyright Image : L'Express de Madagascar


Tentative d’évasion d’Eddy Maminirina du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA). Le professeur Auberlin Rakototiana et le docteur Jean-Marie Rasami­manana, chef de service de l’Urologie B et directeur adjoint technique (DAT) du CHU JRA, mis en examen pour complicité de tentative d’évasion, sont relaxés au bénéfice du doute. Eddy Maminirina, quant à lui, a été reconnu coupable. Il écope de deux ans de prison ferme.

Trois agents pénitentiaires ayant assuré la garde de ce condamné au CHU JRA, les 5 et 6 octobre, deux civils qui sont des proches de cet opérateur économique, ont été condamnés à un an de prison ferme à la maison centrale d’Antanimora. Une dizaine d’agents pénitentiaires, qui ont été convoqués à la barre, ont été également relaxés au bénéfice du doute.

Le verdict sur l’affaire de la tentative d’évasion de l’opérateur économique Eddy Maminirina, déjà condamné à 5 ans de prison ferme pour une affaire de bois de rose, en 2019, est sorti hier. Le procès a eu lieu l’après-midi du déferrement.

Eddy Maminirina, hospitalisé au service du professeur Auberlin Rakototiana, suite à une maladie respiratoire (ndlr: une salle du service Urologie B disposerait d’une bouche d’oxygène dont le patient aurait besoin), était absent de son lit d’hôpital, lors d’une visite inopinée effectuée par un juge, le mercredi 6 octobre. C’est dans un parking, à l’extérieur de l’hôpital qu’il aurait été retrouvé. L’inculpé reconnaît avoir été sorti de l’hôpital, mais conteste le fait d’avoir tenté de s’évader.

La vie reprend son cours à l’hôpital, après l'annonce de ce verdict. Les internes et les internes qualifiants du CHU JRA qui ont observé un service minimum, depuis samedi, retourneront à leurs postes respectifs, affirme le président de l’association des internes, Mosa Zafini­maro. Ces derniers avaient réclamé la libération de leur enseignant. Il est libéré. Mais le verdict ne satisfait pas l’avocat du professeur Auberlin Rakototiana, qui réclame l’arrêt de la persécution de son client.