Vous êtes ici

03-07-2019 par Seheno

Ancien comptoir portugais, berceau du royaume Bemihisatra, lieu sacré des Sakalava, puis maison de force, l’île de Nosy Lava a laissé bon nombre de vestiges du passé.

Copyright Image : © Midi Madagasikara

 

Pendant la période précoloniale, chaque année, les Malgaches en général, et les Sakalava en particulier, pratiquent  le Fanjavamitsaka,  une cérémonie rituelle à Nosy Lava. Cette coutume consiste à vénérer les tombeaux de la dynastie royale Bemihisatra. Depuis des générations,  le culte des ancêtres prend une place importante chez les Sakalava. 

 

Selon l’historien Gabin Tsilavinjara,  « la cérémonie représente la puissance temporelle et spirituelle de l’autorité du Roi et de la noblesse de la dynastie ». C’est d’ailleurs  une occasion pour les descendants d’honorer leurs aïeux.

 

Île des criminels.

Lors de la colonisation, cette coutume a continué à persister. Cependant, les rites étaient maigrement assistés, d’autant plus que les colonisateurs  essayaient d’inculquer leur culture en instaurant la politique assimilationniste. Une fois Gouverneur général, Albert Jean George Marie Louis Picquié bâtit une maison de force sur l’île sacrée des Sakalava. Le lieu de culte s’est transformé en une grande prison. En effet, l’administration coloniale a totalement désacralisé  l’île. Désormais, elle abrita des criminels. De 1911 à 1945, la maison de force de Nosy Lava a accueilli des hors-la-loi,  des meurtriers et malfaiteurs. Après l’insurrection de mars 1947, les anticolonialistes ont été transférés à Nosy Lava.  Dès lors, les barbelés de Nosy Lava ont accueilli des prisonniers politiques jusqu’en 1971. En mai 1972, lors de la manifestation estudiantine, le gouvernement de l’époque a emprisonné les étudiants et les a transférés à Nosy Lava.

 

Zone de pêche, comptoir et lieu d’escale des bateaux étrangers  depuis le XVIIe siècle, Nosy Lava a également été un lieu de refuge pendant les guerres intestinales entre les  Sakalava.  L’îlot est effectivement témoin de l’histoire de la région ouest de Madagascar. En 2003, le bagne était considéré comme un patrimoine architectural et surtout culturel par le gouvernement de l’époque.

En somme, Nosy Lava  est un lieu de mémoire.

 

Iss Heridiny


Seheno